Creeaza.com - informatii profesionale despre


Simplitatea lucrurilor complicate - Referate profesionale unice



Acasa » familie » diverse
Cursuri de limba franceza

Cursuri de limba franceza



Cursuri de limba franceza

1


Le circuit économique


Les acteurs de la vie économique, les agents économiques, sont groupés autour de leur fonction principale:

-        les ménages dans leur fonction principale de consommation de biens et services ;


-        les entreprises dans leur fonction de production de biens et services sur le marché ;

-        les administrations dans leur fonction de production de services collectifs non  marchands ;

-        les institutions financières  dans leur fonction de production de services financiers.

La Comptabilité nationale identifie sept secteurs  institutionnels, six secteurs sont constitués d’agents résidents (sociétés et quasi-sociétés, ménages, institutions financières, entreprises d’assurance, administration publique, administration privée) et un d’agents non résidents (reste du monde).

Chacun des secteurs institutionnels est en relation avec les autres. Les ménages travaillent dans les sociétés tout en achetant des  biens. Ces sociétés versent des salaires et des cotisations sociales aux  administrations publiques. Tous  payent des  impôts à l’État. Certains  empruntent auprès des banques.

Les entreprises privées ou publiques exportent et importent.

            Des relations d’interdépendance, des flux s’instaurent entre les agents économiques. Ces flux sont de nature différente:

-        les flux réels, ceux de biens et services;

-        les flux monétaires (salaire, impôt…).

Le circuit de base entre deux agents économiques et un circuit avec des flux entre les ménages et les entreprises. Les ménages apportent aux entreprises leur travail et des biens de production contre paiement de revenus, la contrepartie des flux réels est constituée par les flux monétaires.

Le versement par les entreprises d’un revenu aux ménages leur permet d’acquérir des biens et services de consommation et l’achat de ces biens et services de consommation par les ménages permet aux entreprises d’encaisser des revenus qu’elles distribueront à nouveau aux ménages.

Le circuit d’ensemble de l’économie tient compte de beaucoup d’autres flux: les flux d’investissement, les flux d’épargne, les flux traduisant le rôle des institutions financières dans leur rôle de collecte de l’épargne et de sa répartition en fonction des besoins, les flux retraçant le rôle des administrations dans la redistribution de revenus et les flux observés avec le reste du monde.

VOCABULAIRE

ŸAGENT ÉCONOMIQUE: personne physique ou morale pouvant être considérée comme un acteur agissant et prenant des décisions dans le domaine économique.

ŸMÉNAGE: un ménage est l’ensemble des occupants d’un même logement, quels que soient les liens qui les unissent, pourvu qu’ils l’aient déclaré être leur résidence personnelle; le ménage comprend donc les pensionnaires et sous-locataires ne disposant pas de logement indépendant.

ŸBIEN DE CONSOMMATION: produit ou service permettant de satisfaire directement le besoin du consommateur. On distingue les biens de consommation durables, semi-durables et non durables.

ŸBIEN DE PRODUCTION: Equipement ou bien intermédiaire permettant d’assurer la production d’autres biens.

EXERCICES

Exercice 1 :

Dites si c’est vrai ou faux:                              vrai     faux

   

ŸLe circuit économique permet d’étudier les  

effets des décisions des agents                                                                                              

ŸLa production et les importations sont

des emplois                                                                  

ŸLa consommation, quant à elle, fait partie

des ressources                                                              

ŸLes ressources des ménages proviennent

exclusivement de la rémunération de

leur travail                                                                    

ŸLes institutions financières financent

exclusivement les entreprises et

les ménages.                                                                 

ŸLes prélèvements obligatoires comprennent

les impôts, les cotisations et les

prestations sociales.                                                       

ŸL’ouverture du circuit économique rend

les économies plus dépendantes les unes

des autres.                                                                      

Exercice 2 :

Faites correspondre les éléments des trois colonnes:

Secteurs institution-nels

Définition

Activité économique principale

Les entreprises d’assurances

Ce sont les personnes physiques  (célibataires, familles ou entrepreneurs individuels)  et certains groupements appelés 'ménages collectifs'.

Elles collectent l’épargne des autres secteurs institutionnels afin de la répartir en fonction des besoins de financement de l’économie

Les institutions financières

Il rassemble les agents économiques non ressortissants d’un État qui entretient des relations avec le reste du monde.

Elles transforment les risques individuels en risques collectifs. Les primes et cotisations couvrent les divers dommages

Les ménages

État, collectivités locales et Sécurité sociale.

Il s’agit de comptabiliser les opérations effectuées par les unités institutionnelles avec le reste du monde.

Le reste du monde

Syndicats, associations, partis politiques, fondations, congrégations religieuses, etc.

En utilisant leurs revenus (salaire, intérêt, loyer), ils peuvent exercer leur fonction essentielle, qui est la consommation.

Les sociétés et quasi sociétés non financières

Ce secteur regroupe les organismes du secteur bancaire.

Elles produisent des biens et des services non marchands et assurent une répartition équitable des richesses. Leurs ressources proviennent de l’impôt et des cotisations sociales.

Les administrations privées

Elles regroupent les entreprises ayant choisi le cadre juridique sociétaire qu’elles soient privées ou publiques.

Leur rôle fondamental consiste à produire des biens et des services marchands dont la vente constitue leur principal source.

 

Les administrations publiques

Ce secteur comprend l’ensemble des compagnies d’assurances et les mutuelles.

Elles produisent des services sans but lucratif. Leurs ressources sont constituées par les cotisations de leurs membres auxquelles s’ajoutent certaines subventions publiques.

 

Exercice 3 :

Mettez en roumain les textes ci-dessous:

a) Pas d’augmentation générale des salaires dans la banque en 2004. Encore cette année, c’est la déception qui prévaut chez les syndicats bancaires. Au terme de la réunion paritaire qui a duré plus de trois heures hier après-midi à l’Association française des banques, la délégation patronale a refusé, pour la quatrième année consécutive une augmentation générale des salaires. Les syndicats demandent une véritable négociation de branche, prévue par la convention collective, particulièrement pour les petites banques qui ne bénéficient pas de négociations d’entreprise.

                  (Les Echos, ns19.014 , 21octobre 2003)


b) On peut classer les flux en trois catégories d’opérations:

- les opérations sur biens et services, les flux de production et de consommation, qui décrivent l’origine des biens et services sur le marché national (production, importation) ainsi que les différentes utilisations qui en sont faites (consommation, investissement, exportation);

- les opérations de répartition, les flux de revenu, salaires, allocations, profit, qui décrivent la formation du revenu des agents, revenus dus à la participation (salaires, TVA, dividendes) et revenus de la redistribution;

- les opérations financières, les flux de crédit, d’emprunts, c’est-à-dire la création et la circulation des moyens de paiement.

 

Exercice 4 :

Mettez en français:

Pentru o analiza a economiei sunt posibile doua metode:

-        metoda microeconomica, al carui obiect de studiu este comportamentul individual al consumatorului sau producatorului

-        metoda macroeconomica, al carui obiect de studiu este economia in ansamblul sau, comportamentul intreprinderilor in ceea ce priveste productia.

La nivel de macroeconomie, putem observa echilibrul intre resursele puse la dispozitia unei tari (Productie + Import) si functiile indeplinite de agentii economici (Consum + Investitii + Export). Dar egalitatea acestora, caracteristica a circuitului economic, nu poate garanta echilibrul economic.  

      

NOTIONS DE GRAMMAIRE

L’article partitif et l’article défini contracté

Ÿ L’article partitif, par opposition à l’article défini et à l’indéfini, détermine le substantif lorsque celui-ci évoque une matière sous l’aspect d’une quantité prise massivement et indéfinie.

Il est formé de la préposition de (sens partitif) et de l’article défini, le, la (l’) :

      

Singulier

Pluriel

Masculin

du (de l’)

des

Féminin

de la (de l’)

des

Exemples : boire du champagne, manger de l’oignon, acheter de la crème, verser de l’huile.

Ÿ L’article contracté est formé:

-        de la préposition de + l’article défini le:

de + le = du

Ex. : le livre du professeur

-        de la préposition de + l’article défini les:

de + les = des

Ex. : les cahiers des  étudiants

-        de la préposition à + l’article défini le :

à + le = au

Ex. : Il va au cinéma.

-        de la préposition à + l’article défini les :

à + les = aux

Ex.: Il parle aux enfants.

EXERCICES

Exercice 1 :

Transformez d’après le modèle:

Modèle :

- Du café, Mademoiselle ?

- Voyons…non, plutôt du chocolat.

-        Le miel, jeune homme          - le sucre

-        La soupe; Monsieur              - la viande

-        Le vin; Monsieur                   - la bière

-        La farine, Madame                - la semoule

-        La volaille, Messieurs           - le foie

Exercice 2 :

Remplacez les points par l’article contracté con-venable:

l’homme ……….. chapeau grand

la brune ………….. yeux verts

s’adresser ………….. directeur

écrire …………….parents

le monsieur ………..lunettes noires

le jeune homme …….. joue blessée

la blonde ……………. teint olivatre

le gamin………….. regard inquiet

l’auteur……………roman

l’opinion…………..étudiantes

la dame………….cheveux blancs

Exercice 3 :

Complétez les points par l’article partitif :

Il montra…………patience.

Ses parents lui envoyaient ……………argent de poche.

Nous avons fait……………sport tous les matins.

Ils manifestèrent………….intérêt pour cette initiative.

Mon père aime faire………….politique.

Les plats avaient………riz et ……..sauce en abondance.

Elle manifestait…….intérêt pour ce livre.

Il est peintre, il a ……….talent.

Son visage exprimait……….tristesse.

Ma sœur a fait…………musique pendant 10 ans.

Il fait………vent aujourd’hui.

Elle savait faire ……….automobilisme.

Nous avons……….temps libre, donc nous pouvons vous aider.

Michel aime boire………thé le matin.

2


La Bourse et L’Économie


La bourse assure deux fonctions dans une économie. Elle permet d’abord la rencontre entre des épargnants et des agents économiques qui recherchent des fonds. Elle assure ainsi la collecte de l’épargne par le biais d’émissions d’actions ou d’obligations (marché primaire). Mais elle joue aussi un rôle important pour tout ce qui a trait au capital des sociétés cotées. Grace au marché secondaire essentiellement, la bourse facilite toutes les opérations de restructurations, fusions, concentrations, rachats d’entreprises. Elle permet les modifications dans la propriété des entreprises. Il existe deux catégories de valeurs mobilières, les actions et les obligations. L’ensemble des opérations relatives aux valeurs mobilières reçoit souvent l’appellation de “marché financier”.

Les actions:

Les actions représentent un titre de propriété sur une partie du capital social de l’entreprise. On les appelle valeurs à revenus variables car l’actionnaire reçoit une fraction des bénéfices de l’entreprise (les dividendes) qui varie en fonction des résultats de la société ou encore des choix de ses dirigeants (ne pas distribuer de dividendes par exemple, afin de consacrer tous les bénéfices aux investissements). En partie propriétaire de l’entreprise, l’actionnaire prend également un risque sur son avenir puisque la baisse des résultats de l’entreprise, voire même sa disparition, entraine une diminution de la valeur des actions qu’il détient. Il participe à l’élection du conseil d’administration de la société lors des assemblées générales des actionnaires.

Les obligations:

Les obligations représentent des titres de créances détenues sur l’émetteur de l’emprunt  ( entreprise, État). Un emprunt émis se compose d’une certaine quantité d’obligations ayant les mêmes caractéristiques. Le détenteur d’obligations a prêté des fonds à l’entreprise moyennant le versement pendant la durée de l’emprunt d’intérêts fixés au moment de l’émission. Les obligations sont les valeurs mobilières juridiquement les moins risquées, leurs détenteurs étant en principe assurés d’être remboursés ( on parle d’amortissement d’une obligation) et de percevoir des intérêts.

Le détenteur d’obligations est cependant particulièrement sensible à l’inflation puisque la rémunération comme la valeur nominale reçue lors du remboursement peuvent correspondre à un pouvoir d’achat fortement réduit. Ainsi, lorsque le taux d’inflation est supérieur au taux d’intérêt d’un emprunt, la rémunération (taux d’intérêt réel ) est  négative.

VOCABULAIRE

ŸBOURSE: marché public et organisé où s’effectuent de manière multilatérale et centralisée des transactions sur valeurs mobilières, matières premières, produits dérivés, etc.

ŸMARCHÉ PRIMAIRE / MARCHÉ SECON-DAIRE: marché de l’émission des valeurs mobilières et des créances négociables, par opposition au marché secondaire, où se négocient des titres déjà émis.

ŸMARCHÉ FINANCIER: marché des dettes à moyen ou long terme, et des actions, par opposition au marché monétaire, qui concerne le court terme.

ŸDIVIDENDE: somme versée aux actionnaires en rémunération du service de financement qu’ils rendent.

ŸTAUX D’INFLATION: c’est le taux de croissance, le plus souvent exprimé sur une  base annuelle, du niveau général des prix.

ŸTAUX D’INTÉRÊT: pourcentage qui s’applique à la somme prêtée (principal) ou au nominal pour déterminer, en multipliant par la durée, le montant des intérêts à verser à l’échéance.

EXERCICES

Exercice 1:

Complétez le texte ci-dessous avec les mots suivants :

capital, confier, valeurs mobilières, circuits de financement, organismes, emprunt, gérer, perte, marché financier, faillite, épargnant

Le marché financier constitue avec l’intermédiation bancaire un des…….. de l’économie. Contrairement au système bancaire, le …..met directement en relation l’…….et celui qui utilise son épargne. L’importante conséquence en est qu’une ……….. de l’entreprise, qui a émis un …………. obligatoire ou qui a augmenté son …….. par exemple, se traduit par une ….. qui est limitée au seul épargnant, même si son épargne est  gérée par un tiers.

Sur le marché financier, il convient aussi de distinguer les épargnants individuels et les ……….. utilisant l’épargne des ménages, que ces derniers aient volontairement choisis de ………… à un intermédiaire le soin de ……. leur épargne en …….. ou non.

Exercice 2 :

Complétez les phrases par les structures suivantes :

a. Le marché au comptant

b. Agents de change

c. Le marché secondaire

d. Le règlement mensuel

e. Le marché primaire

1.     La rencontre entre les demandes de fonds et l’offre des épargnants caractérise ce que l’on nomme….

2.     Sur………….. varient les cours des valeurs mobilières.

3.     Toutes les opérations en bourse passent obligatoirement par l’intermédiaire des……..

4.     Sur …………, l’exécution des ordres, les livraisons et le  règlement des titres sont effectués immédiatement.

5.     L’exécution des ordres, la livraison et le règlement des titres sont repoussés à une date ultérieure sur……

Exercice 3 :

Trouvez la bonne définition :

1.     Taux des actions cotées en Bourse = …

2.     Taux d’intérêt = …

3.     Taux de natalité, de mortalité = …

4.     Taux de change = …

5.     Taux de l’impôt = …

a)     pourcentage annuel  auquel les intérêts sont fixés.

b)     Prix d’une monnaie étrangère dans un pays donné

c)     Prix officiel de certains biens, de certains travaux

d)     Pourcentage appliqué à la base imposable pour déterminer le montant de l’impôt dû pour chaque contribuable.

e)     Chiffre moyen (pour mille habitants) du nombre total de naissances ou de morts d’une population donnée

Exercice 4 :

Mettez en français :

Bursa permite operatii de schimbare in structura financiara a intreprinderilor, si anume in repartizarea capitalului lor intre diferiti actionari. O oferta publica de cumparare este o operatie financiara care permite unei intreprinderi de a prelua controlul alteia, propunand actionarilor sai de a-si rascumpara titlurile la un pret mai mare decat cursul pietei. Oferta publica de schimb propune actionarilor o reglare sub forma de titluri, in general cele ale intreprinderii care realizeaza operatia.

Exercice 5 :

Mettez en roumain :

Il apparait aujourd’hui que la stricte séparation entre les agents de change et les banques ne permet pas l’émergence de négociateurs d’une taille suffisante pour rivaliser avec les grandes maisons étrangères de négoce de titres. Il est donc prévu d’abolir le monopole des agents de  change et de créer des “sociétés de bourse' qui remplaceront les agents de change, et dans lesquelles des partenaires extérieurs pourront rentrer pour constituer des entités suffisamment capitalisées. Ainsi, les sociétés de bourse seront libres de s’associer avec d’autres institutions financières, de s’associer entre elles, de rester indépendantes, de se spécialiser.

Toutes auront la possibilité juridique d’être  assimilées à des établissements de crédit, c’est-à-dire à des banques, ce qui leur permettra d’avoir accès au marché monétaire et de développer leur capacité d’intervention sur le marché financier

(Les grandes questions de l’économie française, Capul, Meurs, Ed. Nathan, Paris, 1988 )

NOTIONS DE GRAMMAIRE

L’article partitif et l’article indéfini DES

remplacés par la préposition DE

a. après un adverbe de quantité: (beaucoup, peu, trop, assez, etc.) :

Ex. : beaucoup de monde, peu de café

Remarque: Fait exception l’adverbe “bien” (ayant le sens de beaucoup) qui est suivi du partitif :

Ex. : Bien des gens, bien du monde, bien de la peine

b. si le verbe est à la forme négative :

Ex. : il ne boit pas de lait; il ne fait pas de fautes

c. devant un adjectif qui précède un nom au pluriel:

Ex. : vendre de belles cerises

Remarque : L’article partitif n’est pas exprimé dans quelques locutions verbales, telles que: prendre patience, avoir peur, garder rancune, etc.

EXERCICES

Exercice 1 :

Remplacez les points par l’article partitif ou par la préposition DE:

1)     En escaladant les montagnes, nous nous sommes attardés à cueillir un peu …………….. fraises.

2)     Combien ………ennuis et…….peines n’aurions-nous pu éviter si vos renseignements nous étaient parvenus à temps!

3)     Que ……….bruit pour rien!

4)     Je vous souhaite beaucoup………chance pour votre représentation.

5)     Je n’ai plus ….. confiance en lui.

6)     J’ai vu……….ardeur dans ses yeux et je suis certain de sa réussite.

7)     Je connais bien….monde qui, cette année, s’est rendu en voiture à la mer.

Exercice 2 :

Mettez un adjectif après les noms en italique et opérez les modifications nécessaires :

1.     J’ai constaté qu’il avait des possibilités mais qu’il devait faire des efforts pour rattraper ses camarades.

2.     L’autre jour, à la montagne, nous avons mangé des fraises.

3.     Vous ne devez pas oublier que ce jeune homme nous a donné des preuves d’amitié.

4.     En visitant le Delta du Danube, nous avons pêché des poissons et chassé des canards sauvages.

5.     Nous avons aussi attrapé des écrevisses dans des ruisseaux.

Exercice 3 :

Introduisez dans des phrases les expressions suivantes :

       Prendre de l’age

       Être pot-au-feu

       Avoir beau

       Avoir l’œil vif

Exercice 4 :

Mettez les phrases à la forme négative :

Je désire acheter de la moutarde et de l’huile.

Il a encore de la fièvre.

Elle ne boit que du lait le matin.

J’ai acheté des légumes et de l’eau minérale.

Son enfant fait des bêtises.

Ils ont de l’argent pour le gaspiller.

3


Le Financement de l’économie


Le fonctionnement de l’économie requiert des capitaux. Les entreprises doivent financer leurs investissements nouveaux, les achats de matières premières, leurs dépenses d’exploitation avant même de recevoir les recettes correspondant aux produits fabriqués. Quant aux ménages, ils doivent financer leurs logements, voire certaines  consommations. Les entreprises et les ménages disposent bien évidement de ressources propres (leur épargne) pour financer ces besoins en capitaux, mais cet “autofinancement” ne couvre pas la totalité de leurs besoins et ils doivent recourir à un financement “externe”. Ainsi pour l’entreprise, on distinguera un financement interne, et un financement externe (emprunt et émissions d’obligations ou d’actions). Cependant, tous les agents économiques n’ont pas des besoins de capitaux. Certains, en effet, ont une épargne supérieure à leurs investissements, et dégagent ainsi une “capacité de financement”. Globalement, les entreprises ont un besoin de financement, tandis que les ménages dégagent structurellement une capacité de financement, même si certains sont endettés.

Il existe deux types de financement de l’économie, un financement non monétaire, correspondant à la transformation de l’épargne de certains agents en financement pour d’autres, et un financement monétaire, lié à une création de ressources monétaires nouvelles.

La création monétaire correspond à la partie de l’accroissement du crédit interne qui n’est pas financée par une augmentation des ressources stables (obligations et fonds propres) ou de l’épargne contractuelle collectée par des établissements de crédit bancaire.

En ce qui concerne le financement non monétaire de l’économie, il existe traditionnellement deux circuits pour mettre en relation prêteurs et emprunteurs, les marchés financiers et les banques. Sur un marché financier (la bourse), l’emprunteur obtient directement des ressources de l’épargnant grace à l’émission d’actions ou d’obligations. Le second système, qualifié d’intermédiation bancaire, consiste pour les banques à s’interposer entre emprunteurs et préteurs et à pratiquer des crédits à plus ou moins long terme à partir des dépôts reçus.

VOCABULAIRE

ŸCAPITAL: Dans la théorie économique, le capital est défini comme une marchandise qui est elle-même utilisée dans la production d’autres biens et services. Le capital est un patrimoine qui procure un revenu.

ŸDÉPENSE: Acte par lequel un agent puise sur ses ressources pour atteindre un objectif.

ŸFINANCEMENT: Action de fournir de l’argent pour payer les frais relatifs à la réalisation d’un projet, par exemple d’un investissement.

ŸCRÉDIT: Opération par laquelle une institution financière crédite ou fait créditer le compte en banque d’un client ou d’un créancier de ce client, qui en contrepartie se reconnait débiteur de l’institution.

  CRÉDIT À COURT TERME: crédit dont la durée n’excède pas un an, ou à la rigueur deux ans.

  CRÉDIT À MOYEN TERME: crédit dont l’échéance finale se situe entre deux et sept ans après le déblocage des fonds.

CRÉDIT À LONG TERME: crédit dont l’échéance finale se situe sept ans au moins après le déblocage des fonds.

EXERCICES

Exercice 1 :

Remplacez les points par le mot qui convient: épargne, monétaire, crédits, circuits, indirecte, création, finance

La description du financement  de l’économie en terme d’origine des capitaux conduit à distinguer financement…….. et financement non monétaire. Mais le système bancaire intervient dans les deux cas puisque la distribution de …….. se fait à partir de l’……des agents(les dépôts)comme de la …… monétaire. On peut alors décrire aussi bien le financement de l’économie en fonction des …………. concernés. On distinguera ainsi un circuit d’intermédiation bancaire ou de  finance………..et le financement par les marchés, ou……….directe.

Exercice 2 :

Complétez les phrases en choisissant une suite logique pour chacune d’elles :

a. dépositaire

b. dépenses publiques

c. les ménages

d. l’épargnant

1.     Les familles formées du couple avec ou sans enfants, célibataire, retraités sont……..

2.     Les dépenses monétaires effectuées par les administrations publiques s’appellent…….

3.     La personne ayant reçu des biens ou des sommes en dépôt s’appelle…….

4.     La personne qui s’est constitué un capital par l’épargne est……..

Exercice 3 :

Traduisez en roumain le texte suivant :

Dans une acception étroite, une économie de marchés de capitaux correspond à un système financier où l’ajustement entre les besoins et les capacités de financement se réalise entièrement sur des marchés, les variations de taux d’intérêt permettant d’égaliser les offres et les demandes de fonds prêtables. Remarquons d’ailleurs que le développement de l’endettement n’est pas contradictoire avec l’existence d’une économie de marchés de capitaux. Aujourd’hui, le redressement des entreprises et l’importance croissante de leur autofinancement, le développement récent du marché financier, la réduction des prêts à taux préférentiels et la création d’un vaste marché des capitaux mettant fin aux cloisonnements antérieurs contribuent à faire émerger un nouveau mode de fonctionnement du système financier.

( Les grandes questions de l’économie française, Capul, Meurs, Ed.Nathan, Paris, 1988 )

Exercice 4 :

Expliquez le sens des expressions suivantes :

    manger son capital  

    vivez mieux en dépensant moins

    regarder à la dépense 

Exercice 5 :

Mettez en français :

 Intrebuintarea crescuta a informaticii si a telecomunicatiilor a influentat decisiv activitatea interme-diarilor si a pietelor financiare. In special, generalizarea recurgerii la aceste tehnologii din ce in ce mai sofisticate pentru a expedia, a trata si a pastra informatiile are drept consecinte o mai buna supraveghere a costurilor precum si un nivel crescut de eficacitate, rapiditate si fiabilitate. Transferurile electronice de fonduri constituie de altfel, noi modalitati de a modifica in mod considerabil peisajul financiar.

NOTIONS DE GRAMMAIRE

Genre des noms

Cas particuliers dans la formation du féminin

Le féminin des noms peut être formé :

a) à l’aide d’un suffixe spécial qui s’ajoute à un mot radical de genre masculin.

           

ŸLe suffixe – esse s’ajoute à une vingtaine de noms pour en former le féminin:

Ex. : l’ane – l’anesse; le comte – la comtesse; le traitre – la traitresse

           

ŸLe suffixe – elle s’ajoute aux noms dont le masculin est en  -el ou en -eu

Ex. : le chameau – la chamelle; le colonel – la colonelle, le jumeau – la jumelle

            ŸLe suffixe -euse s’ajoute, à quelques exceptions près, aux noms dont le masculin est en -eur:

Ex. : le coiffeur – la coiffeuse; le chanteur – la chanteuse, le vendeur – la vendeuse

           

ŸLe suffixe -trice s’ajoute à des noms dont le masculin est en -teur:

Ex. : l’acteur – l’actrice; le directeur – la directrice

b) à l’aide d’une périphrase formée à partir du nom masculin :

Ex. : un professeur – une femme professeur; un peintre – une femme peintre

Le plus souvent on emploie seulement la forme du masculin: cette jeune fille est professeur.

EXERCICES

Exercice 1 :

Mettez au féminin les noms entre parenthèses et traduisez les phrases :

-Cette (chanteur) ……………. est applaudie par les clients du restaurant où elle chante.

-Cette (vendeur) ……………. est toujours aimable.

-En Roumanie beaucoup de femmes deviennent (médecins) ……………., (peintres) ……………..

-Ma (neveu) ……………. a été nommée (chef) ……………. de bureau.

-Cette (poète) …………….  a été (le traducteur) ……………. de Verlaine.

-L’année prochaine Marie sera (professeur) ……………..

-Ma sœur qui est  (avocat) ……………. aime beaucoup son métier.

Exercice 2 :

Mettez au féminin:

Ÿ un garçon doux - …………….…………………

Ÿ un père affectueux - …………….…………………

Ÿ un faux ami - …………….…………………

Ÿ acheteur exigent - …………….…………………

Ÿ chien furieux - …………….…………………

Ÿ musicien célèbre - …………….…………………

Ÿ acteur étranger - …………….…………………

Exercice 3 :

Mettez les noms suivant au féminin et introduisez-les dans les phrases ci-dessous :

administrateur, vendeur, directeur, client

Ÿ Il n’a jamais une …………….. si exigeante.

Ÿ Ils avaient très bien accueilli la nouvelle …………….. de ventes.

Ÿ Elle a cherché un emploi, mais elle n’a trouvé qu’un poste de ……………..

Ÿ Elle était la nouvelle …………….. de ce département.

4


L’Inflation


Qu’est-ce que l’inflation ?

L’inflation se définit comme une hausse durable et auto-entretenue du niveau général des prix. L’intérêt de cette définition est de souligner le caractère permanent et généralisé du phénomène. Une hausse ponctuelle et localisée ne devient une cause d’inflation que si le mouvement de prix se propage à toute l’économie et se reproduit à la période suivante.

Notons aussi que les hausses de prix ne sont généralement pas égales dans tous les secteurs. L’inflation s’accompagne donc d’une déformation de la structure des prix relatifs. Mesurer la hausse générale du niveau des prix suppose que l’on ait au préalable construit un instrument d’observation. Lorsqu’on suit l’évolution de l’inflation, on  se rattache généralement à un indice des prix à la consommation, indicateur qui mesure la variation du coût d’un panier de marchandises. Il est évident que la qualité de l’observation dépend du soin apporté à la construction de l’indice. L’enjeu devient de taille lorsque cet indice sert également de référence pour l’indexation des salaires.

Fondamentalement la qualité d’un indice dépend de trois éléments: l’étendue des produits recensés, le choix des pondérations pour constituer le panier de marchandises et la prise en compte des changements dans la consommation (produits nouveaux), évolution des habitudes de consommation).

L’inflation opère une redistribution des ressources entre les différents acteurs de l’économie. Sont pénalisés les détenteurs de revenus fixes, comme les rentiers, les épargnants, les retraités, les salariés dont le salaire est mal indexé. Sont également perdants les créanciers en fonction de la différence entre la hausse du niveau des prix et les taux d’intérêts.

L’inflation entraine une érosion de l’épargne liquide des ménages qui sont structurellement épargnants. En revanche, elle bénéficie aux entreprises en accroissant l’impact favorable de l’effet de levier. L’inflation a, par ailleurs, favorisé les détenteurs d’actifs réels (immobiliers notamment) au détriment des détenteurs d’actifs financiers (épargne, valeurs mobilières).

Les effets de l’inflation se font également sentir dans les échanges extérieurs; ils seront d’autant plus importants que l’économie sera ouverte. Ce qui compte ici, c’est le différentiel d’inflation avec les principaux partenaires. Si l’écart d’inflation s’accroit, la compétitivité extérieure diminue entrainant une chute des exportations et un accroissement des importations. Avec un écart persistant, une dépréciation du taux de change devient inévitable pour rétablir la parité des prix.

VOCABULAIRE

ŸPRIX : Somme demandée ou obtenue pour un bien mis en vente ou vendu.

  Prix de marché : prix d’un produit tel qu’on le constate sur le ou les marchés. Il est obtenu par la confrontation de l’offre et de la demande de ce produit.

  Prix de production : total des coûts de matières premières, produits intermédiaires et facteurs de production.

ŸCOÛT : Ensemble de dépenses nécessaires pour réaliser une action économique (production ou consommation de biens ou de services.

Coût d‘achat des marchandises: valeurs des achats consommés (montant des achats de marchandises corrigé de la variation des stocks).

Coût de production: coût d’achat des matières premières consommées + frais de production

ŸINDICE : nombre sans dimension exprimant le rapport entre deux valeurs prises dans le temps ou dans l’espace

ŸINDEXATION: règle liant la réévaluation périodique de certaines sommes ou grandeurs à l’évolution d’un indice

ŸDÉPRÉCIATION MONÉTAIRE : diminution du pouvoir d’achat de l’unité monétaire, sur le marché des biens et services, sur le marché des changes, ou sur les deux à la fois.

EXERCICES

Exercice 1 :

Lisez le texte ci-dessus et répondez aux questions suivantes:

1.     Comment peut-on définir l’inflation ?

2.     Quelle est la cause principale qui conduit au phénomène d’inflation ?

3.     Est-ce qu’on peut mesurer l’inflation ? Comment?

4.     Quels sont les effets qui accompagnent l’inflation?

Exercice 2 :

Mettez une flèche entre les mots synonymes :

Le client         Ÿ          Ÿ  Le coût

Le prix                        Ÿ          Ÿ  Économiser

La créance      Ÿ          Ÿ  Le tireur

Épargner        Ÿ          Ÿ  La dette

Le banquier    Ÿ          Ÿ  Le tiré

Exercice 3 :

Réécrivez les phrases suivantes en mettant les mots ou expressions suivants dans l’ordre :

1.     chiffres – inflation – une année – être donné – en glissement – en moyenne.

2.     Calcul – en glissement – entendre – comparaison – entre – niveau- atteindre (part. Passé) – décembre – deux années consécutives

3.     Dans – calcul – en moyenne – comparer – moyenne annuelle – l’indice (moyenne arithmétique simple – 12 indices – l’année) – deux années considérés

4.     Lorsque – calcul en moyenne – diverger – calcul en glissement – cela – indiquer – rupture – dans – évolution – inflation.

Exercice 4 :

Mettez en roumain :

 

Zone euro: inflation ralentie en novembre à 2,2%.

Le taux d’inflation dans la zone euro a décéléré à 2,2% en novembre sur un an, contre 2,3% en octobre, grace à un repli des cours du pétrole et les prix devraient continuer de s’assagir en 2003, compte tenu du ralentissement de l’activité. Reste que l’inflation sous jacente, qui exclut les secteurs aux prix volatils, comme l’énergie, les produits alimentaires et le tabac, reflétant mieux l’évolution des prix, a encore progressé en novembre de o,1%. L’écart d’inflation entre les pays de la zone euro demeure très élevé. L’Allemagne et la Belgique affiche les taux les plus bas, de respectivement 1% et 1,1%. En Allemagne, menacée de déflation (baisse des prix et de la production), les prix ont encore reculé de o,5% en novembre. En revanche, dans quatre pays les prix dérapent sérieusement. Il s’agit de l’Irlande qui affiche le taux d’inflation le plus élevé de la zone (4,7%), du Portugal (4,1%), de l’Espagne et de la Grèce (3,9% chacune)

 (Le Figaro Économie, ns18.153, Cahier ns2,  19 décembre 2002)

Exercice 5 :

Mettez en français :

Lupta impotriva inflatiei depinde mai intai de analiza originilor cresterii preturilor. In general, putem observa mai multe moduri de actiune (reglemetarea preturilor, politica monetara, politica bugetara).

Masurile clasice de lupta impotriva inflatiei fiind din ce in ce mai putin eficace, se pare ca factorul esential al cresterii preturilor este marirea costurilor materiale, la care se adauga cresterea preturilor materiilor prime.

NOTIONS DE GRAMMAIRE

Pluriel des noms. Cas particuliers

Le pluriel de certains noms simples est marqué par un x :

a)     les noms en – al dont le pluriel est en – aux :

un cheval – des chevaux; un canal – des canaux; un journal – des journaux

Remarque: Font exception les noms en – al dont le pluriel est en –s : bal, carnaval, chacal, festival, narval, récital, régal (des bals, des chacals, etc.)

b)     les noms en – au, -eau et –eu prennent un x

au pluriel:

un noyau – des noyaux, un chapeau – des chapeaux, aveu – aveux

   c)  sept noms en –ail font le pluriel en –aux: bail, corail, émail, soupirail, travail, vantail, vitrail:

des baux, des coraux, des soupiraux, etc.

d)     sept noms en – ou prennent un x au pluriel:

bijou, caillou, chou, genou, hibou, joujou, pou :

des bijoux, des cailloux, des choux …

EXERCICES 



Exercice 1 :

Mettez au pluriel les mots entre parenthèses :

ŸCes (hôpital) …………….. sont les plus anciens de notre pays.

ŸLes (cheval) …………….. sont de moins en moins utilisés aux (travail) …………….. agricoles.

ŸCet immeuble se divise en plusieurs (local) ……………

ŸPour être bien informé, il faut lire chaque jour les (journal) ……………

ŸLe professeur a expliqué les (détail) …………….. de ce problème.

ŸLes (vitrail) …………….. et les (portail) …………….. des cathédrales gotiques sont des chefs-d’œuvre.

Exercice 2 :

Mettez au pluriel les propositions suivantes :

-J’ai mangé un excellent gateau.

-Le chameau est particulièrement utile à l’homme.

-Elle aurait voulu s’acheter un chapeau.

-Il a avalé un noyau de cerise.

-Achète ce tableau, il ne coûte pas cher.

-Marie a un mouchoir bleu.

-Le jeu de ces enfants est amusant.

-Le pneu de sa voiture a crevé.

5


Productivité et Rendement


La productivité établit une liaison entre une production et les facteurs mis en oeuvre pour la réaliser. Ces facteurs sont le travail, le capital et les consommations intermédiaires (matières premières, énergie). La notion de productivité permet de mesurer les performances économiques d’une entreprise, d’une économie nationale. Si d’une année sur l’autre, le volume de l’ensemble de la production a augmenté plus vite que le volume des moyens mis en oeuvre pour réaliser cette production, cela signifie que l’entreprise, ou l’économie nationale, ont obtenu un “gain de productivité “.

La productivité n’est cependant pas facile à définir de façon quantitative et on la réduit trop souvent à une “ productivité physique “ (c’est–à–dire  un “rendement”). Le rendement est un rapport entre la quantité de biens produite, mesurée par un nombre d’unités, et la quantité de l’un des factures de production utilisés. La notion de rendement se révèle cependant très insuffisante pour les entreprises qui produisent plusieurs types de biens. Il convient alors de “ valoriser” toutes les unités produites à l’aide de leurs prix respectifs pour pouvoir les agréger. Ainsi, à la différence du rendement, la productivité est un rapport dont le numérateur (les quantités produites) s’exprime en unités monétaires.

Les gains de productivité mettent en oeuvre trois types d’enchainements économiques. Ils permettent d’abord d’accroitre les profits, ce qui favorise les investissements, la croissance et donc l’emploi. S’ils sont plutôt destinés à distribuer d’avantage de revenus salariaux et non salariaux, ils entrainent une augmentation de la demande et améliorent ainsi consommation production et emploi. Enfin, les effets favorables se manifestent aussi sur la production si les gains de productivité se traduisent par une baisse de prix. Dans ce cas en effet, cela améliore la compétitivité des biens et services concernés et permet, suivant la structure des échanges avec l’extérieur, un développement des exportations.

Ainsi, l’amélioration de la productivité globale ne joue pas fatalement contre l’emploi. Les enchainements macro-économiques à l’œuvre sont multiples mais ils sont aussi contradictoires.

VOCABULAIRE

ŸPROFIT: Différence entre les prix de vente et les coûts de production (y compris les frais financiers) et de commercialisation d’un bien ou d’un service sur un marché. Dépendant essentiellement du marché, le profit, revenu résiduel, peut être analysé comme un prélèvement sur la valeur ajoutée pour rémunération des capitaux investis, du risque et de l’innovation.

ŸEMPLOI: 1. Exercice d’une activité économique par un individu. 2. Situation de l’activité globale dans un territoire et pour une période donnée.

ŸCOMPÉTITIVITÉ: qualité d’un agent ou d’un ensemble d’agents dont les produits présentent un rapport qualité/prix au moins égal à celui des concurrents.

ŸDEMANDE: Intention d’achat émanant d’un agent, ou agrégat totalisant les intentions d’achat émanant d’un ensemble d’agents.

EXERCICES

Exercice 1 :

Donnez les définitions des notions suivantes en utilisant les mots en italique :

ŸProductivité: être – rapport quantitatif – une production un ou plusieurs – facteurs – de – production.

ŸRendement: se déterminer – le rapport – le volume – biens produits – la qualité de facteurs – utilisée – cette production.

Exercice 2 :

Répondez aux questions :

1) Quels sont les facteurs qui contribuent à la réalisation d’une production ?

2) Qu’est-ce qu’on peut mesurer par l’intermé-diaire de la productivité ?

3) Comment une entreprise ou une économie nationale peut obtenir un gain de productivité ?

4) Qu’est-ce que le rendement ?

5) Quels sont les effets produits par les gains de productivité ?

Exercice 3 :

Dites si les affirmations suivantes sont vraies ou fausses:

1)     Croissance et productivité ne se trouvent pas en relation

2)     La productivité se situe au cœur de la dynamique économique.

3) La productivité du travail repose sur la comparaison entre un volume de production donné et la quantité de travail utilisée pour y parvenir.

4) Pour une production et une productivité du travail inchangés, lorsque la durée du travail s’accroit, l’emploi  s’accroit aussi.

Exercice 4 :

Mettez en français le texte suivant :

 

Pentru o economie, notiunea de eficacitate tehnica se refera la combinarea materiilor (consumurilor intermediare), a muncii si a capitalului pentru a atinge o anumita productie. Putem calcula productivitatea fiecaruia dintre acesti trei factori.

Cum un factor nu poate fi productiv decat prin interventia celorlalti factori, putem vorbi de productivitate globala. Aceasta masoara eficacitatea celor trei factori de productie.

Exercice 5 :

Traduisez en roumain :

Crédit agricole: bon accueil à l’augmentation de capital. Le marché a bien accueilli les modalités de l’augmentation du capital du Crédit agricole. La banque va procéder à une augmentation de capital en numéraire de 1.973 milliard d’euros dont la souscription aura lieu de 27 octobre au 7 novembre inclus, à raison d’une nouvelle pour onze anciennes. En fin d’après – midi, le Crédit agricole prenait 3.75% à 18.59 euros. Traditionnellement, l’action d’une société qui annonce une augmentation de capital recule mécaniquement. Dans ce cas, ce risque d’afflux de titres est limité en raison de la faible part de l’ offre réservée aux investisseurs.

(Le Figaro économie, Ns 18.414, Cahier ns2,  21octobre 2003)

           

NOTIONS DE GRAMMAIRE

Genre des adjectifs – cas particuliers dans la

formation du féminin

a) Les adjectifs qui finissent par un x au masculin prennent au féminin un s qui devient sonore:

Ex. : honteux – honteuse, jaloux – jalouse

b) Si la consonne finale est un c, le féminin est

tantôt en -che, tantôt en -que:

Ex. : blanc-blanche; franc-franche; public-publique

c) Les adjectifs qui finissent au masculin en -er font le féminin en -ère :

Ex. : léger - légère, étranger - étrangère

d) Si au masculin la consonne finale est un f, elle se transforme en v au féminin :

Ex. : bref-brève, actif-active

e) Les adjectifs dont le masculin est en -eur ont le féminin terminé en -euse:

Ex. menteur-menteuse; trompeur-trompeuse

f) Les adjectifs dont le masculin est en -teur ont le féminin terminé en -trice:

Ex. : corrupteur-corruptrice; révélateur- révélatrice

EXERCICES

Exercice 1 :

Mettez les adjectifs au féminin :

Une étudiante (travailleur) - ……………………………..

Une image (trompeur) - ………………………………….

Une lettre (vengeur) - …………………………………….

Une doctrine (conservateur) - …………………………….

Une fillette (menteur) - …………………………………

Une attitude (protecteur) - ………………………………

Une oeuvre (immortel) - …………………………………..

La partie (essentiel) - ……………………………………

Une force (destructeur) - ………………………………….

Exercice 2 :

Remplacez les points par l’un des adjectifs suivants :

beau, nouveau, fou, mou, vieux, convenable

Le………….an. Un…………..ami. Une……….… étudiante. Un………….…..oreiller. Un………….enfant. Une…….………… promesse. Une………..………ville. Une……….armoire. Une………….auto. La……….année. Une……………équipe. Un………..…homme.

6


L’Épargne


L’Épargne représente la partie du revenu qui n’est pas consacrée à une  consommation immédiate. Épargner consiste donc à renoncer à une consommation présente. La comptabilité nationale trace la limite suivante entre la consommation et l’épargne: les achats de biens durables (automobile, électroménager)  sont classés dans la consommation, tandis que les investissements immobiliers font partie de l’épargne.

D’autre part, elle considère l’épargne comme un flux et non comme un stock puisqu’il s’agit des sommes épargnées pendant une période donnée et non du montant de l’épargne à un instant donné.

L’épargne peut être le fait de tous les agents économiques, ménages, entreprises et administrations. Pour les ménages, l’épargne est la fraction de leurs revenus qui n’est pas affectée à la consommation, c’est-à-dire à l’achat de biens autres qu’immobiliers. En compatibilité nationale, l’épargne brute des ménages correspond à trois éléments qui sont les investissements des entrepreneurs individuels, les investissements en logement et une “ capacité de financement “ qui représente l’épargne financière des ménages.

Globalement, les ménages disposent d’une capacité de financement puisque leur épargne excède leurs besoins d’investissement. L’épargne des entreprises représente la fraction de la marge bénéficiaire après impôt qui n’est pas distribuée aux apporteurs de capitaux. L’investissement peut, de ce fait, être financé par l’entreprise elle – même, sans apport ou endettement extérieur. L’épargne brute des sociétés correspond alors à l’autofinancement des entreprises. Les entreprises épargnent donc elles aussi, mais insuffisamment pour couvrir leurs dépenses d’investissement.

Elles ont donc, à l’inverse des ménages, un “ besoin de financement “.

Les administrations, enfin, peuvent être considérées comme épargnant la partie de leurs dépenses d’investissement non financée par l’emprunt. Selon les périodes, les administrations dégagent une capacité ou un besoin de financement.

L’épargne constitue un phénomène essentiel de l’activité économique nationale, au même titre que la consommation et la productivité. En effet, par son intermédiaire est assuré le financement des investissements qui permettent de maintenir et d’accroitre le niveau de la production nationale.

VOCABULAIRE

ŸFLUX: La catégorie de flux, opposée à celle de stock, comprend ce qui est produit, vendu, échangé, transformé, créé, détruit, consommé, etc., durant un certain laps de temps.

ŸCONSOMMATION: Emploi d’un bien ou d’un service à la transformation dans la production où à la satisfaction d’un besoin impliquant la destruction de ce bien on de ce service.

ŸACCROISSEMENT: Augmentation d’une quantité susceptible de variation. On distingue l’accroissement absolu (valeur finale moins valeur initiale) et l’accroissement relatif mesuré en faisant le rapport de la valeur finale à la valeur initiale.

ŸSTOCK: Par opposition à flux, l’expression s’applique à la situation existante à un instant donné, que l’on a comme photographiée. Ex: quand on parle de crédits, il faut toujours préciser s’il s’agit d’encours à une certaine date (le “stock” de crédits) ou de la distribution réalisée durant telle période (flux).

EXERCICES

Exercice 1 :

Répondez aux questions :

1. Quelle est la limite qui se trouve entre la consommation et l’épargne ?

2.     Quels sont les organismes qui épargnent ?

3.     Expliquez comment l’épargne est réalisée dans le cas des ménages.

4.     Comment peut-on définir l’épargne des entreprises ?

5.     Est-ce que les administrations ont besoin de financement ?

Exercice 2 :

 

Dites si c’est vrai ou faux :

1. La création monétaire permet aux banques de fournir aux entreprises les crédits qu’elles souhaitent pour financier leurs investissements.

2. Les ménages ne peuvent pas acheter un logement avant d’avoir réunis par eux-mêmes les fonds nécessaires.

3. Le rôle des banques, des caisses d’épargne est de collecter l’épargne avant de la prêter aux emprunteurs.

4. Il y a désépargne lorsque la progression de la consommation des ménages est inférieure à l’accroissement de leur revenu disponible.

5. Le taux d’épargne des ménages est le rapport de leur épargne brute et de leur revenu disponible brut.

Exercice 3 :

Employez à la place du verbe le nom de la même famille:

Modèle : le coût a baissé → l’abaissement du coût

-le banquier a encaissé le chèque →

-ils ont remboursé la somme empruntée →

-il a payé à terme →

-ces produits ont été mis en vente →

-les prix ont augmenté →

Exercice 4 :

Expliquez  les proverbes suivants :

Abondance de biens ne nuit pas.

Grande fortune, grande servitude.

Il faut garder une poire pour la soif.

Il faut prendre le bénéfice avec les charges.

La fortune est  aveugle.

La parole est d’argent, mais le silence est d’or.

Les affaires sont les affaires.

On ne prête qu’aux riches.

Plaie d’argent n’est pas  mortelle.

Qui paie ses dettes s’enrichit.

Exercice 5 :

Mettez en roumain :

a. Le groupe français de production de recyclage de métaux non ferreux Metaleurop SA s’est déclaré en cessation de paiements. Le conseil d’administration de Metaleurop SA, réuni le 20 octobre 2003, a constaté l’impossibilité de parvenir à un accord avec ses créanciers de nature à apurer l’endettement à court terme et à assurer le financement de l’exploitation à court et à moyen terme.

 (Les Echos, Entreprises et Marchés, Ns19.014, 21octobre 2003)

b. Le constructeur d’imprimantes américain Lexmark a annoncé une hausse de son bénéfice, grace notamment à une progression de 11 % de son chiffre d’affaires. Sur la période juillet-septembre, Lexmark a réalisé un bénéfice net de 104.1 millions de dollars, contre 89.9 millions l’an dernier. Son chiffre d’affaires a atteint 1.16 milliard de dollars contre 1.04.

           (Le Figaro économie, Ns18.414, 21octobre 2003)

Exercice 6 :

Mettez en français:

Societatea Nationala de Transfer de Fonduri si Decontari Transfond S.A. este operatorul primului transfer de fonduri din Romania.

Transfond S.A. opereaza in conditii de eficienta si siguranta deplina, transferurile de fonduri efectuate sub forma neta sau bruta intre banci, Banca Nationala a Romaniei, case centrale ale cooperativelor de credit, case de compensatii interbancare si alte institutii financiare, precum si decontarea acestora, inclusiv in calitate de agent al Bancii Nationale a Romaniei. De asemenea, Transfond SA este autorizata in calitate de casa de compensatii interbancare. Activitatea de compensare multilaterala si de transfer de fonduri se desfasoara prin intermediul retelei teritoriale constand in 41 de sucursale situate in toate orasele resedinta de judet si in Municipiul Bucuresti.

NOTIONS DE GRAMMAIRE

Le pronom neutre le

C’est un pronom personnel de IIIe personne, qui a le sens de cela et qui remplace:

a)     un complément d’objet direct:

Est-ce qu’il dit cela ? – Oui, il le dit.

b)     un attribut:

Vous êtes étudiant ? – Oui, je le suis.

c)     une proposition qui précède ou qui suit:

Elle a l’intention de partir en voyage, mais elle ne peut le faire avant les vacances.

d) le pronom neutre le est encore employé avec un sens vague dans la composition de quelques expressions:

l’emporter sur, le céder, etc.

EXERCICES

Exercice 1 :

Trouvez des noms qui peuvent correspondre aux pronoms le ou la :

ŸQuelle somme pensez-vous que j’ai gagnée à la loterie ? Le savez-vous ?                                                                                                                                         

ŸÊtes-vous sûr qu’elle dit la vérité ? – Je ne le suis pas.

ŸAmis, nous l’étions il y a quelque dix ans.

ŸElle joue toujours le même rôle, mais avec quelle grace vous le savez.

Exercice 2 :

Remplacez les mots en italique par un pronom neutre :

-Je ne ferai cette excursion que lorsqu’il fera beau.

-J’ai bien pensé à vous ces derniers temps, mais je ne vous ai pas dit.

-Je lui ai dit que vous étiez venus le voir.

-Votre indifférence me révolte; je vous dit ceci carrément.

7


Le change et le marché des changes


Une opération de change consiste à transformer une monnaie en une autre monnaie. En effet, une monnaie n’a de pouvoir libératoire que dans l’aire de souveraineté du pays qui l’émet. Pour régler un créancier étranger, il faut en général obtenir la propre monnaie de celui-ci, par l’intermédiaire des systèmes bancaires des deux pays.

Le cours du change exprime alors la valeur d’une monnaie dans une autre monnaie.

Le change au comptant est une opération de change consistant dans l’achat ou la vente de devises à un cours déterminé, la livraison et le règlement intervenant immédiatement. Dans une opération de change à terme, la livraison et le règlement interviennent à une échéance et à un cours déterminés lors de la négociation.

Les cours à terme déterminés par les banques en fonction du coût qu’elle subissent elles-mêmes pour se courir contre  les variations des cours.

Le taux de change représente le nombre d’unités monétaires que l’on peut obtenir en échange d’une unité d’une autre monnaie. Le taux de change d’une monnaie peut être fixé par les autorités monétaires par référence à un étalon, qu’il s’agisse de l’or, d’une autre devise ou d’une combinaison de devises.

Il peut aussi résulter du jeu de l’offre et de la demande sur le marché des changes.

Le marché des changes est un lieu de confrontation entre les offres et les demandes de devises permettant la détermination du prix d’une devise dans une autre. Le marché des changes est un rouage essentiel de l’activité économique internationale car il permet des transferts ou des opérations monétaires entre résidents de pays qui ont des monnaies nationales différentes.

Offreurs et demandeurs sont réunis par un immense réseau de télécommunications. Les transactions s’opèrent par des jeux d’écritures, à travers les comptes que détiennent les banques dans les banques étrangères, sans transfert d’espèces.

Le marché des changes comprend deux compartiments, le marché au comptant et le marché des changes à terme.

Une modification du taux de change doit agir sur les  échanges de biens et services avec l’extérieur. Dans le cas d’une dépréciation, par exemple, on assiste à un renchérissement des importations alors que les exportations, dont la valeur en monnaie étrangère a diminué, se développent.

La dépréciation a donc pour effet d’améliorer la balance commerciale.

Inversement, une appréciation de la monnaie conduit à une détérioration du solde commercial.

Aujourd’hui, une monnaie se déprécie (on s’apprécie) lorsqu’elle perd (ou prend) de la valeur sur le marché des changes. La dépréciation peut alors être un processus très lent, à l’inverse d’une dévaluation qui est une modification ponctuelle de la valeur d’une monnaie par rapport aux autres monnaies.

VOCABULAIRE

ŸMONNAIE: objet matériel ou créance dont l’usage est largement admis, dans une certaine aire géographique ou sociale pour effecteur les paiements (instrument d’extinctions des dettes). L’expression sert aussi à désigner ce que l’on appelle plus exactement une unité monétaire.

ŸCRÉANCE: Relation entre deux agents A et B qui engage A (le débiteur) vis-à-vis de B (le créancier). Ce que A est engagé à faire dépend du type de créance: rendre certains services, exécuter certains ordres, réaliser certaines opérations, fournir certaines marchandises.

ŸTERME: Mot voisin d’échéance, utilisé pour qualifier les opérations qui se dénovent dans un certain délai (opérations à terme).

ŸCOMPTANT: payer comptant, signifie effectuer le nécessaire pour régler sa dette vis-à-vis d’un fournisseur en remettant des billets ou un chèque.

EXERCICES

Exercice 1 :


Complétez les phrases par les mots suivants :

dépréciation

inflation

appréciation

accroissement

indexations

ŸAu lien traditionnel entre…………- dépréciation et balance commerciale s’est substitué progressivement une relation entre ces modifications de parité et l’inflation.

ŸIl est vite apparu que la première conséquence d’une dépréciation était d’entretenir l’……………

ŸÀ travers le coût de l’énergie, des  matières premières et des  biens d’équipement importés,  la dépréciation conduit à un…………… des prix intérieurs et par le jeu des ……………. , à une augmentation de l’inflation qui annule les effets favorables de la…………..….

Exercice 2 :

Dites si c’est vrai ou faux :

1. Dans un système de changes fixes, la Banque centrale intervient pour soutenir la parité de sa monnaie

2. Les parités sont dites fixes lorsqu’elles ne sont plus révisables.

3. Lorsque l’offre de monnaie nationale est supérieure à la demande, cela signifie que la monnaie nationale est appréciée

4. À l’inverse , lorsque la demande de monnaie nationale est supérieure à l’offre, cela signifie que c’est la devise étrangère qui est dépréciée par rapport à cette monnaie

5. En régime de changes fixes, il n’y a pas de risque de change pour l’entreprise

6. Les opérations de change à terme, sont des opérations dont le cours de change est fixé à terme.

Exercice 3 :

Continuez les phrases suivantes en utilisant les explications en italique :

1.     La convertibilité d’une monnaie est externe 

2.     Le marché des changes …

3.     L’opération de change …

4.     La convertibilité d’une monnaie est interne 

5.     Le taux de change

a. … est nécessaire aux paiements des échanges inter-nationaux, elle ne peut avoir lieu que si les deux devises sont librement convertibles.

b. … se fixe sur le marché des changes

c. … lorsque tout agent économique, qu’il soit résident ou non, peut librement convertir de la monnaie nationale en devise étrangère.

d. … c’est un marché international, sans frontières, où les opérateurs sont réunis par un gigantesque réseau de télécommunications.

e. … lorsque seuls les agents non-résidents peuvent opérer la conversion de cette monnaie.

1

2

3

4

5

Exercice 4 :

Mettez en roumain les textes ci-dessous :

a.      Le roi dollar remis en question.

Le marché américain est touché dans sa liquidité, sa sécurité et menacé dans sa rentabilité. Le dollar perd de sa superbe, mais il n’a peut – être que trébuché. Depuis cinquante ans, le marché américain s’est imposé ou monde grace à ses trois grandes vertus: il est le plus liquide, le plus rentable et, surtout, le plus sûr de tous.

En 2000, selon les statistiques du Fonds monétaire international (FMI), les Etats-Unis ont absorbé presque les deux tiers (64%) des exportations mondiales de capitaux ! Depuis le début de 2001, la capacité de l’économie américaine à dégager des profits s’inscrit sur une pente déclinante. La nouvelle économie américaine est mal en point, et les statisticiens se demandent maintenant si les gains de productivité générés par la technologie et l’Internet existent vraiment.

       (Ph. Plassart, Le Nouvel Économiste, 28 septembre 2001)

b. Les bénéfices de l’euro se font déjà sentir. Mais pour en profiter pleinement, la construction de l’Europe politique doit avancer. Le premier bénéfice de l’euro pour la croissance est évident: depuis que les monnaies européennes n’existent plus au niveau international (les taux de change entre les monnaies des douze pays de la zone euro sont irrévocablement fixes), les crises de change intra-européennes appartiennent au passé.

Les entreprises européennes, ont, elles aussi, profité de l’arrivée de l’euro. Elles n’ont plus à payer de primes d’assurance pour se protéger des fluctuations de leur monnaie vis-à-vis de celle de leurs principaux clients et fournisseurs. L’Europe s’ouvre ainsi la possibilité de jouer un rôle financier à l’échelle internationale. La capacité d’un territoire à attirer l’épargne mondiale permet à ses entreprises de faire financer leurs investissements par le reste du monde, comme aux États-Unis.                    

(Alternatives Économiques, Ns 196, octobre 2001)

Exercice 5 :

Mettez en français :

Banca Centrala Europeana (BCE), infiintata in 1998, este responsabila de politica monetara a zenei euro, “Euroland”. Ea realizeaza operatii pe piata de schimb in acord cu Consiliul european care este responsabil de politica de schimb. BCE detine si gireaza rezervele de schimb ale tarilor membre, favorizeaza buna functionare a sistemelor de plata.

Banca Europeana de Investitii (BEI) este institutia financiara a Uniunii europene. Ea acorda imprumuturi pe termen lung pentru finantarea proiectelor private sau publice, care corespund obiectivelor de prim ordin ale Comunitatii.

(Adevarul economic, 45(603) 12-18 noiembrie 2003)

NOTIONS DE GRAMMAIRE

Remarques sur la conjugaison des verbes

du 1er groupe

1. Dans les verbes dont le radical se termine par l ou par t (les verbes en -eler, et en -eter), l’e muet devient ouvert devant les désinences muettes -e, -es, -ent. Ce fait est marqué :

a.      soit par un accent grave:

j’achète (mais: vous achetez), tu achètes, ils achètent.

b.     soit par le redoublement du l ou du t:

j’appelle (mais: nous appelons), tu appelles, ils appellent

2. Dans les verbes dont le radical se termine par c (lancer, agacer) une désinence qui commence par a ou par o, le c prend une cédille:

je lançais, nous lançons.

3. Dans les verbes dont le radical finit par la consonne g (manger, changer), devant une désinence commençant par un a ou un o, le g est suivi d’un e:

je mangeais, nous mangeons.

4. Dans les verbes contenant dans la racine un e muet (lever, mener), devant les terminaisons muettes -e,     -s, -ent, l’e muet change en e ouvert, marqué par un accent grave:

je mène, ils lèvent.

5. Dans les verbes dont le radical se termine par un e fermé (céder, espérer) devant les terminaisons muettes – e, - es, - ent l’ e fermé change en e ouvert, marqué par un accent grave.

J’espère, ils répètent

EXERCICES

Exercice 1 :

Mettez les verbes aux temps indiqués entre  parenthèses :

1.     La banque a gelé les crédits. (présent)

2.     Ne pèle pas les abricots .(imparfait)

3.     Ne nivelons pas les revenus ! (imparfait)

4.     Les larmes ruissellent sur son visage. (futur)

5.     Nous nous rappelons les détails. (futur)

6.     Il décèlera ton intention. (présent)

7.     Je renouvelle ma proposition. (passé composé)

8.     Ils l’achèteraient deux milles euros. (passé composé)

9.     Il jette toujours son argent par les fenêtres. (conditionnel présent)

Exercice 2 :

Mettez les verbes à l’indicatif présent:

1.     Tu n’as pas levé le doigt.

2.     Ils ont élevé trois enfants.

3.     Qui a géré leurs biens ?

4.     Moi, j’ai acheté sa complicité.

5.     Je cédais toujours ma place

6.     Je possédais toute la somme.

7.     J’espérais vainement.

8.     Nous déléguerons un représentant.

8


Le Budget de l’État


Le budget est constitué par l’ensemble des comptes qui décrivent, pour une année civile, toutes les ressources et toutes les charges de l’État.

Le budget de l’État est préparé par le gouvernement (c’est le “ projet de loi de finances “ ), puis voté par le Parlement (c’est la “ loi de finances initiale “ ). En cours d’exercice, le Parlement peut voter une “ loi de finances rectificative” ( ou collectif budgétaire) dispositions de la loi de finances initiale, afin d’adapter les prévisions de recettes et de dépenses aux modifications de l’environnement économique ou pour traduire une nouvelle politique économique.

Les dépenses et les recettes de l’État, comme l’équilibre du budget, reflètent les choix de politique économique effectués par les pouvoirs publics. Afin de permettre un contrôle parlementaire efficace, le budget est voté tous les ans.

De plus, un compte unique doit retracer l’ensemble des dépenses et des recettes, afin d’en faciliter l’examen (principe de l’unité budgétaire).

Le budget de l’État se décompose en trois éléments qui sont le budget général, c’est–à-dire le compte qui retrace les recettes et les dépenses des services publics administratifs, les budgets annexes, qui concernent certaines activités, comme les postes et télécommunications, pour lesquelles les dépenses sont financées par des recettes spécialement affectées et enfin les comptes spéciaux du Trésor qui permettent de distinguer certaines opérations spécifiques de l’État, comme celles qui retracent des dépenses ou des recettes temporaires par exemple (privatisations notamment).

L’État intervient de multiples façons dans la vie économique Toutefois, davantage que les réglementations ou les activités ou les activités du secteur public, ce sont les dépenses publiques qui constituent la principale forme, d’intervention publique de l’État.

Les dépenses sont ventilées en dépenses ordinaires et dépenses en capital, l’ensemble des recettes se répartissant en impôts directs et autres impôts indirects. Le solde général du Budget peut faire apparaitre un excédent ou un déficit. Les deux modes possibles de financement d’un déficit accepté sont:

- l’emprunt intérieur – on fait appel à la capacité de financement des ménages, à leur épargne stable.

- l’emprunt extérieur – en ce cas, l’État ainsi que, sur ses instructions, les entreprises nationalisées s’adressent à des prêteurs étrangers bancaires ou publics.

VOCABULAIRE

ŸRECETTE: entrée d’argent ou de manière plus générale, naissance d’une créance sur un client, résultant par exemple d’une vente de produits à ce client.

ŸTRÉSOR PUBLIC: partie de l’Administration d’État qui encaisse les impôts et taxes, paye les dépenses de l’État, tient les comptes de divers agents, effectue les opération relatives à la dette publique, et partage avec la Banque Centrale les fonctions d’autorité monétaire.

ŸEXCÉDENT: solde comptable ou différence entre les produits et les charges, entre les avoirs et les dettes, les ressources et les emplois, les recettes et les dépenses, lorsque les premiers sont supérieurs aux seconds.

ŸDÉFICIT: Solde du budget de l’État lorsque les dépenses excèdent les recettes.

EXERCICES

Exercice 1 :

Trouvez pour les phrases suivantes la suite qui convient :

1.     Le Budget de l’État est construit sur

2.     La structure du Budget général est

3.     L’impôt est un prélèvement

4.     La politique budgétaire correspond à

a. l’utilisation par les pouvoirs publics des différentes possibilités de dépenses et de recettes du budget de l’État pour atteindre certains objectifs économiques.

b. le principe de l’universalité budgétaire, les ressources fiscales ou autres produits sont fondus en une seule masse sur laquelle sont imputées l’ensemble des charges.

c. celle d’un compte: d’un côté, les dépenses, de l’autre côté, les ressources.

d. que l’État ou les collectivités locales opèrent sur les ressources des agents économiques afin de subvenir aux charges publiques.

1

2

3

4

Exercice 2 :

Complétez les points avec les mots choisis dans la liste ci-dessous :

fiscalité directe, payé, services, indirect, impôt, supporté, répercutable, prix

Il existe plusieurs classifications des impôts. On peut distinguer l’imposition des personnes, celle qui touche les produits et les…, celle enfin qui frappe les mutations (ventes, héritages). On peut aussi opposer une… et une fiscalité indirecte. Un… direct ne peut être légalement répercuté dans les… parce qu’il est… et… par la même personne. Un impôt… est légalement… dans les prix de telle sorte que c’est l’acheteur qui supporte cet impôt.

Exercice 3 :

Mettez en roumain :

a. Même les planificateurs les mieux intentionnés ne peuvent jamais accéder à temps aux milliards d’informations nécessaires pour évaluer les quantités de millions de produits que des millions de personnes souhaitent acheter ou peuvent produire; ils ne peuvent deviner le prix qui équilibrera l’offre et la demande sur des millions de marchés. Certes, le marché est loin d’assurer parfaitement cette fonction. Mais là où le marché est myope, l’État est aveugle.

Les économistes ont conclu à la supériorité du marché sur l’État pour la gestion des biens privés. En revanche, comme par symétrie, ils ont raisonné comme si les défaillances du marché en matière de biens publics qualifiaient automatiquement l’État comme l’instrument idéal de gestion ou de régulation.

  (Alternatives économiques, Ns 188, janvier 2001)

b. Des millions de petits épargnants se sont lancés, ces dernières années, dans la spéculation boursière. Souvent encouragés par leurs banquiers ou tentés par les facilités que leur offraient les courtiers en ligne sur Internet. Un phénomène de masse, suscité par l’explosion des marchés financiers, sur fond de supposé miracle de la nouvelle économie. Mais depuis le début de l’année, la machine s’est enrayée. Le Nasdaq, le marché américain des entreprises innovantes, a perdu la moitié de sa valeur depuis son point haut du printemps 2000, et les valeurs Internet ont même dégringolé de 70%.

  (Alternatives économiques, Ns188, janvier 2001)

Exercice 4 :

Mettez en français :

Prima consecinta defavorabila a unui deficit bugetar este cresterea dezechilibrului schimburilor externe. Un deficit conduce la o distribuire suplimentara a puterii de cumparare. Modul in care este finantat un deficit bugetar are de asemenea, unele consecinte in economie. Autoritatea de stat dispune de doua moduri de a-si finanta deficitul bugetar, imprumutul si creatia monetara.

O crestere mare a imprumuturilor publice provoaca o crestere a ratei dobanzii si inlatura cererea privata a intreprinderilor care doresc sa investeasca.

NOTIONS DE GRAMMAIRE

Remarques sur la conjugaison des verbes du IIe groupe

Dans la conjugaison des verbes du IIe groupe, on intercale l’infixe -iss- entre le radical et la terminaison dans les cas suivants :

a. à l’indicatif présent (1ère, 2e et 3e personnes du pluriel) et à l’imparfait (1ère, 2e et 3e personnes du singulier et du pluriel).

Ind. prés.                    Imparfait

je finis                        je finissais

tu finis                        tu finissais

il finit                         il finissait

nous finissons           nous finissions

vous finissez               vous finissiez

ils finissent               ils finissaient

b. au subjonctif présent (1ère, 2e et 3e personne du singulier et du pluriel )

que je finisse

que tu finisses

qu’il finisse

que nous finissions

que vous finissiez

qu’ils finissent

c.      à l’impératif présent ( 1ère et 2e personne du

pluriel).

finissons, finissez

d.     au participe présent

finissant

EXERCICES

Exercice 1 :

Transformez selon le modèle :

je / choisir celle-ci

Moi, je choisis celle-ci.

-        Elle / agir par orgueil

-        Vous / trahir une fille amoureuse

-        Nous / avertir ceux qui sortent

-        Ils / applaudir avec plaisir

-        Nous / garantir sa réussite

Exercice 2 :

Faites les transformations suggérées entre parenthèses:

1.     Investissez davantage! (singulier)

2.     Elles ont vieilli vite. (imparfait)

3.     Vous vous réjouissez (impératif)

4.     Eclaircis cette énigme. (pluriel)

5.     Nous garantissons tout. (passé simple)

6.     J’en approfondirai l’étude (imparfait)

7.     Nous ne haïssons personne (singulier)

8.     La corruption florissait insolemment (présent)

9.     Le pommier fleurit au mois de mai (pluriel)

10.  Est-ce que tu hais vraiment cet homme? (pluriel)

9


La Monnaie et le système monétaire


La monnaie est constituée par l’ensemble des moyens de paiement directement utilisables pour effecteur des règlements à l’occasion d’échanges. C’est un actif financier, et donc un élément du patrimoine des agents économiques, qui est liquide. La monnaie permet d’effectuer un paiement immédiat, sans restriction et sans coût de transformation (pouvoir libératoire immédiat sur tous les marchés). N’étant ni un bien de consommation (elle ne procure pas de satisfaction), ni un bien de production, la monnaie est un bien spécifique recherché pour lui-même en raison des fonctions qu’il remplit.



On distingue traditionnellement trois fonctions de la monnaie. Elle est d’abord un intermédiaire des échanges. Elle mesure ensuite les valeurs. C’est une unité de compte qui permet de mesurer et de comparer des biens et des services hétérogènes. Elle permet ainsi la détermination d’une échelle générale des prix.

La monnaie est enfin un instrument de réserve de valeur. Elle peut être conservée et permettre ainsi de reporter dans le temps des achats de biens ou des règlements ou d’épargner en vu de consommations futures. La monnaie constitue 'un lien entre le présent et l’avenir'. Il faut cependant noter que la valeur de la monnaie n’est pas toujours constante sur une période. Cette valeur, c’est-à-dire son pouvoir d’achat, varie en fonction inverse des prix et peut se déprécier ou s’apprécier au cours du temps.

La création de monnaie n’est pas limitée comme autrefois par la nécessité d’avoir une base matérielle (l’or par exemple). Elle n’est pas non plus arbitraire car les pouvoirs publics s’efforcent de créer la quantité de monnaie nécessaire au bon fonctionnement de l’économie.

La création de monnaie résulte de la transformation de créances sans pouvoir libératoire immédiat sur les marchés de biens et services en moyens de paiement.

Les banques ne sont pas de simples intermédiaires qui prêtent à partir des dépôts. L’essence du phénomène de création monétaire réside dans le fait que le détenteur d’un dépôt à vue le considère comme disponible alors que la contrepartie monétaire a été prêtée par la banque ou n’existe pas.

La création de monnaie est assurée par trois catégories d’agents que sont les banques, la Banque Centrale et le Trésor.

VOCABULAIRE

ŸPOUVOIR D’ACHAT: quantité de biens et de services qu’une unité monétaire ou qu’une certaine somme d’argent permet d’acheter.

ŸPOUVOIR LIBÉRATOIRE: régime juridique d’un instrument monétaire qui oblige les créanciers à le recevoir en extinction de leurs créances.

ŸDÉPÔT À VUE: avoir sur une banque remboursable ou mobilisable à tout moment.

ŸCONTREPARTIES DE LA MASSE MONÉTAIRE: actifs détenus par les institutions monétaires, qui équilibrent dans leurs bilans leur endettement envers les agents non-financiers, constitutif de la masse monétaire.

EXERCICES

Exercice 1 :

Répondez aux questions suivantes :

1. Comment définissez-vous la monnaie ? Quel sorte de paiement peut-on effecteur par la monnaie ?

2. Est-elle un bien de consommation ou de production ?

3. Quelles sont les fonctions remplies par la monnaie ?

4.     Est-ce que la valeur de la monnaie est constante ?

5.     Quels sont les mécanismes de création monétaire ?

6.     Combien d’agents assurent la création monétaire ?

Exercice 2 :

Laquelle des explications en italique correspond à chacun des énoncés suivants ?

1. L’offre de monnaie nationale est supérieure à la demande, ce qui affaiblit sa valeur.

2. La demande de monnaie nationale est supérieure à l’offre, ce qui augmente sa valeur.

a. la Banque centrale va vendre sa monnaie et acheter les devises offertes sur le marché, cette demande de devises va rétablir l’équilibre. Elle peut aussi agir sur les taux d’intérêt et les baisser pour faire le taux de change. Elle peut procéder à l’opération de la dévaluation en choisissant d’augmenter la valeur de sa monnaie par rapport à l’étalon de référence: c’est la réévaluation de la monnaie.

           

b. la Banque centrale doit intervenir et elle peut puiser dans ses réserves de change pour acheter sa propre monnaie et augmenter ainsi sa demande. Elle peut augmenter les taux d’intérêt pour remonter la demande ou, en dernier ressort, modifier la parité de sa monnaie à la baisse par rapport à l’étalon de référence et donc dévaluer.

Exercice 3 :

Mettez un roumain les textes suivants :

a. Dans son plan de stabilisation économique, le gouvernement mexicain décide, en 1987, de limiter les fluctuations du peso vis-à-vis du dollar. En mars 1994, le peso subit un feu nourri d’attaques spéculatives menaçant aussi la stabilité d’autres devises d’Amérique latine. Les autorités monétaires parviennent à contrôler la monnaie nationale, mais pas les taux, qui augmentent de 10 à 20%. Elles doivent aussi sacrifier la moitié des 30 milliards de réserves internationales en dollars.

   (Problèmes économiques, Ns2669, 11 juin 2000)

b. À la fin de leur rapport, les experts de Bercy suggèrent une piste de plus long terme: elle consiste à favoriser “les coopérations monétaires régionales”, à l’instar de ce qui a été fait en Europe avec la monnaie unique.

De fait, la spéculation entre les onze devises européennes qui constituent l’euro a été supprimée avec la disparition des onze monnaies nationales. C’est la solution la plus efficace. Mais l’expérience de l’Europe montre que le projet d’une monnaie unique est un processus politique long et difficile, dans lequel les pays d’Amérique latine et d’Asie ne sont pas encore sérieusement engagés.

   (Alternatives économiques, Ns185, octobre 2000)

Exercice 4 :

Mettez en français :

a. In mod normal, o crestere a ratei dobanziii stimuleaza cererea devizelor si atrage capitalurile straine, investitiile, vanzarile, ceea ce duce la cresterea cursului de schimb. Scaderea ratei dobanzii determina deplasarea capitalurilor in afara teritoriului, excesul de oferta a monedei modificand in consecinta cursul de schimb.

b. Piata monetara poate fi definita ca piata capitalurilor pe termen scurt si mediu spre deosebire de piata financiara care efectueaza imprumuturi si vanzari pe termen lung. Putem vorbi de crearea a doua piete: o piata interbancara (piata monetara in sensul strict) si o piata a capitalurilor pe termen scurt (piata  monetara in sensul larg).


NOTIONS DE GRAMMAIRE

L’accord du participe passé

Il existe quatre types de règles d’accord du participe passé :

1. Employé comme adjectif : il suit les règles d’accord de l’adjectif qualificatif.

            Ex. La jeune femme, effrayée, descendit dans la rue 

2. Employé avec l’auxiliaire ETRE : il suit les règles de l’attribut et s’accorde en genre et en nombre avec le sujet.

            Ex. Les dauphins sont réputés pour leur intelligence.    

3. Employé avec l’auxiliaire AVOIR : il s’accorde avec le complément d’objet direct  si celui-ci est placé avant le verbe.

            Ex. Les livres que tu m’as prêtés. 

4. Employé avec un verbe pronominal : on distingue cinq cas :

            a) Si le verbe n’existe qu’à la forme pronominale, le participe s’accorde avec le sujet : Elles se sont enfuies.               

            b) Si, dans la transformation active, se renvoie au sujet, le participe passé s’accorde avec le sujet : Elle s’est lavée. (=elle a lavé elle même).

            c) Si, dans la transformation active, se équivaut à à soi, l’un à l’autre, les uns aux autres, le participe passé reste invariable :  Ils se sont succédé à la Présidence (=ils ont succédé l’un à l’autre à la Présidence).

            d) Si le verbe pronominal possède un COD, le participe s’accorde avec le COD s’il est placé avant lui : Les livres qu’elles se sont prêtés.

            e) Si le verbe pronominal a un sens passif, le participe s’accorde avec le sujet : Les redingotes se sont portées au XIX e.s. ( =les redingotes ont été portées au…)

EXERCICES

Exercice 1 :

Accordez, si c’est le cas, les participes entre parenthèses :

-Nos amis ont (insisté) …………….pour nous faire rester quelques jours.

-Les acteurs de ce théatre n’ont pas (eu) …………….tous les succès qu’ils s’étaient (imaginé) …………….d’abord.

-Il répétait les mélodies qu’il avait (entendu) …………….chanter par son ami.

-Avez-vous (apporté) …………….les paquets que nous avions (oublié) …………….chez vous ?

-Mon frère est absent, voici les lettres que j’en ai (reçu) ……………..

-Ils se sont (dit) …………….des choses désagréables.

-Les nouvelles que j’ai (lu) …………….sont fort intéressantes.

-Ils se sont (aperçu) …………….de votre absence.

Exercice 2 :

Transformez d’après le modèle :

Modèle :

prendre les clés / mettre là

→ Qui a pris les clés que j’avais mises là ?

-        rapporter la bêtise / faire

-        répéter la phrase / dire au début

-        manger le casse-croûte / acheter pour elle

-        conduire jusqu’ici les filles / inviter la veille

-        compter les fautes / faire en parlant

10


   Les grands agrégats dans l’économie


            À partir des données de la compatibilité nationale, on calcule des grandeurs synthétiques qui résument l’activité économique nationale et permettent des comparaisons dans le temps et l’espace.

            Le Produit Intérieur Brut

            Le principal agrégat est le produit intérieur brut (P.I.B.). Celui-ci est la somme de toutes les valeurs ajoutées créées par les différentes branches de l’économie. Le PIB étant calculé aux prix du marché et les valeurs ajoutées étant hors taxes, il faut leur ajouter les TVA qui ont grevé les produits ainsi que les droits de douane.

            PIB = valeurs ajoutées des branches + TVA grevant les produits + droits de douane.

            On distingue le PIB marchand et le PIB non marchand qui est la somme des valeurs ajoutées brutes créées par les administrations publiques et privées.

           

Le Produit National Brut

            Un autre agrégat de la compatibilité nationale est le produit national brut (PNB). À la différence du PIB s’intéresse à la production des unités de production résidentes, le PNB correspond à la production réalisée par les facteurs de production (capital, travail, terre) fournis par les résidents. Le PNB comprend ainsi ce qui est produit à l’étranger par une entreprise, mais ne prend pas en compte l’activité des entreprises étrangères sur le territoire national. La différence entre le PIB et le PNB peut s’avérer importante pour un pays en voie de développement.

            PNB = PIB + revenus de facteurs en provenance de l’extérieur – revenus de facteurs versés à l’extérieur.

           

Le revenu national

            Le dernier agrégat est le revenu national des facteurs. Il mesure la part du PNB qui constitue effectivement un revenu pour les agents du pays. Pour obtenir le RN, il faut donc retrancher de PNB les amortissements qui ont pour seul but de maintenir la capacité en logement ainsi que les impôts liés à la production et á l’exportation, et rajouter les subventions d’exploitations versées par les administrations aux entreprises.

            RN = PNB – amortissement – impôts liés à la production et à l’exportation + subventions d’exploitation versées par les administrations.

            Le RN correspond au total des revenus des agents économiques, revenus de la propriété, de l’entreprise, du travail salarié et non salarié. Le revenu national par tête, obtenu en divisant le RN par  la population totale du pays, permet des comparaisons internationales.

           

VOCABULAIRE

           

ŸVALEUR AJOUTÉE : différence entre la valeur de la production d’une entreprise au cours d’une période et la valeur des biens et services extérieurs qu’elle a consommés pendant la même période.

           

ŸTVA : impôt indirect à paiement fractionné qui frappe les biens et les services consommés sur le territoire national.

           

ŸSUBVENTION : somme versée par un organisme (souvent, mais pas toujours, des pouvoirs publics) à un autre organisme, sans qu’il y soit obligé et sans qu’il demande en échange quelque chose pour lui-même.

           

ŸAGRÉGAT : grandeur caractéristique de l’activité économique, obtenue par sommation d’opérations élémentaires effectuées par les divers agents de l’économie.

EXERCICES

Exercice 1 :

Répondez aux questions :

1.     Comment peut-on calculer le produit intérieur brut ?

2.     Quelle est la différence entre le PIB marchand et le PIB non-marchand ?

3.     Quels sont les éléments qui composent le produit national brut ?

4.     Faites la différence entre le PIB et le PNB.

5.     Comment peut-on obtenir le revenu national ?

6.     Quels sont les revenus qui forment le RN ?

Exercice 2 :

Dites si c’est vrai ou faux :

1.     L’augmentation du PIB, c’est l’amélioration du pouvoir d’achat des ménages.

2.     La somme des valeurs ajoutées est égale au PIB, richesse d’un pays créée par toutes ses entreprises résidentes.

3.     La valeur ajoutée d’une entreprise correspond au prix de sa production vendue.

4.     Pour évaluer sa production réelle, l’entreprise doit déduire de ses ventes ce qu’elle a acheté à d’autres entreprises et cela nous donnera la richesse réelle par l’entreprise.

Exercice 3 :

Mettez en roumain :

a) Le groupe américain de loisirs Hasbro a publié un chiffre d’affaires de 971,1 millions de dollars pour le troisième trimestre, en hausse de 18%. Les ventes à l’international ont progressé de 22%, à 328, 1 millions de dollars. Le bénéfice opérationnel ressort à 137 millions d’euros, contre 96,7 millions un an auparavant. Le bénéfice net  a progressé de 22,7%, à 68,5 millions, malgré une charge liée au changement comptable de 17,4 millions de dollars. Sur neuf mois, les ventes ont atteint 2 milliards de dollars et le bénéfice net 81,1 millions, contre une perte de 232,8 millions sur la période correspondante en 2002.

b) Les écarts de croissance enregistrés aux Etats-Unis et dans la zone euro tiennent en grande partie aux divergences de politiques économiques, a estimé hier l’Observatoire français des conjectures économiques, en publiant ses perspectives pour l’économie mondiale. De 2001 à 2004, l’impulsion budgétaire aura représenté plus de cinq points de PIB aux Etats-Unis, contre 0,6 dans la zone euro, observe Xavier Timbeau de l’OFCE. L’institut juge par ailleurs la politique économiques du gouvernement français restrictive et confuse, tant en matière de l’emploi qu’en matière fiscale et estime qu’il n’est pas sûr que la politique annoncée par le gouvernement permette de soutenir une croissance défaillante, en raison de son caractère restrictif renforcé par un manque de lisibilité. 

 (Les Echos, Ns19.014, 21 octobre 2003)

Exercice 4 :

Mettez en français :

Deficitul bugetului general consolidat s-a ridicat, la sfarsitul lunii sepembrie, la 0,7% din Produsul Intern Brut, in contextul cresterii mai accentuate a nivelului veniturilor fata de cheltuieli, se arata intr-un comunicat al Ministerului Finantelor. Soldul negativ a insumat 13.440,5 miliarde de lei, in scadere cu 35,4% in comparatie cu primele noua luni ale anului trecut. Potrivit Ministerului Finantelor, aceasta evolutie a fost sustinuta de cresterea veniturilor bugetare cu 27,1% in vreme ce cheltuielile s-au majorat cu 23,2%. Taxa pe valoarea adaugata a contribuit la formarea veniturilor bugetare cu suma de 96.995,9 miliarde de lei. Accizele si taxele vamale au reprezentat, de asemenea, surse importante de venituri bugetare. Obiectivul autoritatilor pentru deficitul bugetar din acest an este un plafon maxim de 2,7% din PIB.

(Adevarul economic, nr.45(603) 12-18 noiembrie 2003)

NOTIONS DE GRAMMAIRE

            Les verbes impersonnels

Ce sont des verbes qui, en raison de leur sens, ne s’emploient qu’à la 3e personne du singulier aux temps des modes indicatif et subjonctif.

a)     les verbes évoquant des phénomènes de la nature, tels:

geler – il gèle, il gelait, il gèlera, qu’il gèle etc.

grêler – il grêle, il grêlait, il grêlera, qu’il grêle etc.

pleuvoir – il pleut, il pleuvait, il pleuvra, qu’il pleuve etc.

venter – il vente, il ventait, il ventera, qu’il vente etc.

b) les verbes qu’on pourrait appeler essentiellement impersonnels puisqu’ils ne s’emploient qu’à la forme impersonnelle.

   falloir – il faut, il fallait, il faudrait etc.

   advenir – il advient (un événement inattendu) etc.

c)     certains verbes intransitifs, y compris le verbe être exprimant l’existence:

il tombe beaucoup de feuilles mortes;

il reste un espoir;

il arrive qu’on cesse le travail plus tôt;

il est des gens de confiance (il y a, il existe)

- le verbe être forme des locutions verbales avec un adjectif attribut:

il est beau de lutter pour une bonne cause

il est utile d’apprendre une langue étrangère

il est nécessaire de…

d)     les verbes sembler, devenir, rester exprimant l’état, construits avec un adjectif attribut:

il semble possible de finir plus tôt

il devient évident qu’il n’a pas raison

e)     le verbe avoir est employé impersonnellement dans la locution il y a.

f) le verbe faire suivi soit d’un nom exprimant un phénomène de la nature soit d’un adjectif exprimant un état du temps :

     il fait du vent       il fait du soleil

     il fait jour            il fait nuit

     il fait beau           il fait froid

EXERCICES

Exercice 1 :

Indiquez les verbes impersonnels des phrases suivantes; dites à quelle catégorie ils appartiennent :

1.     C’est aujourd’hui à peine que l’hiver a commencé: il ne pleut plus, mais il gèle et vente; bientôt il neigera.

2.     Il m’arrive que je sois obsédé par une mélodie.

3.     Il parait plus malheureux qu’il ne l’est.

4.     En hiver, il fait nuit dès 5 heures de l’après-midi.

5.     Il est nécessaire d’avoir de l’ordre dans ses affaires comme dans ses idées.

Exercice 2 :

Complétez les phrases suivantes par les impersonnels convenables :

1.     Il pleut donc il….temps.

2.     Dans le parc …… bien des hommes.

3.     Il neigeait mais il…….

4.     Chaque jour il ……….. beaucoup d’accidents.

5.     Votre amie, il ……… la connaitre.

6.     Il………… que vous avez appris pour aujourd’hui.

11


   Revenu national, revenus primaires et revenu

   disponible des ménages


Le revenu national

La répartition du revenu national se situe à la jonction de la production et de l’emploi de cette production. Les processus de production déterminent le volume à répartir, qui correspond à l’ensemble des richesses créées chaque année, ainsi que les modalités de cette répartition Mais cette répartition détermine à son tour le volume et les caractéristiques de la production puisque les agents économiques utilisent leur revenus pour consommer et investir.

Le revenu national se déduit du produit intérieur brut en retranchant de celui-ci les amortissements et les impôts, qui ne constituent pas un revenu des facteurs de production, il en y ajoutant le solde des revenus reçus et versés à l’extérieur. Le revenu national représente aussi l’ensemble des revenus issus de la production des différents secteurs institutionnels. On parle alors de revenus primaires pour caractériser ces revenus.

Le revenu primaire des ménages

Le revenu primaire se décompose en revenus de l’activité et revenus de la propriété. Les revenus de l’activité comprennent les revenus salariaux et les revenus non salariaux. Concernant les salaires, il importe de faire plusieurs distinctions. Pour l’employeur, le coût du travail d’un salarié comprend la rémunération de ce travail ainsi que des charges sociales, une partie de celles-ci étant directement à sa charge. Le salarié reçoit, quant à lui, son salaire sur lequel il verse sa part de cotisations sociales. Ces charges sociales, versées directement par le salarié, représentent la différence entre le salaire brut reçu et le salaire net disponible. Les revenus non salariaux, qui sont les revenus des professions indépendantes, regroupent les revenus agricoles, les revenus des chefs d’entreprises artisanales, industrielles ou commerciales.

Le revenu disponible des ménages

Les revenus primaires ne correspondent pas exactement à ce dont disposent les ménages pour consommer ou épargner. Ceux-ci versent des cotisations sociales à partir de leurs revenus bruts et reçoivent en contrepartie des prestations (remboursements, indemnités, retraites). De plus, les impôts viennent limiter leur pouvoir d’achat. Le revenu disponible des ménages est donc égal à leurs revenus primaires nets d’impôts et de transferts sociaux.

VOCABULAIRE

ŸPRODUIT INTÉRIEUR BRUT: Richesse produite (biens et services marchands et non marchands) pour une période donnée sur le territoire national.

ŸCHARGES SOCIALES: Sommes payées par l’employeur aux organismes de   protection sociale et à divers autres organismes ainsi qu’aux salariés directement, au titre d’avantages sociaux (abondement des plans d’épargne d’entreprise, maintien du salaire en cas de maladie, etc.)

ŸCOTISATION SOCIALE: prélèvement sur les revenus professionnels au profit des organismes de protection sociale, calculé en pourcentage des sommes concernées (taux de cotisation). Pour les salariés, on distingue les cotisations patronales et les salariales.

ŸAMORTISSEMENT: le mot est utilisé en finance comme synonyme de remboursement.

EXERCICES 

Exercice 1 :

En fonction des caractéristiques données, complétez avec les notions suivantes:

salariat, salaire brut, salaire net, salarié:

            1. …………… = Une base de calcul de la rémunération due pour la période considérée, des charges sociales et de certaines prestations sociales; son montant est plus éléve, effectivement payé après déduction des prélèvements obligatoires que l’employer doit collecter et verser aux organismes sociaux pour le compte du salarié.

            2. …………… = situation dans laquelle un individu reçoit de son employer un salaire, en contrepartie d’un travail.

            3. …………… = qualificatif donné à la personne liée à un employeur par un contrat de travail ou dont le statut entraine une rémunération sous forme de salaire.

4. …………… = les sommes qui restent au salarié après déduction des prélèvements obligatoires que l’employeur verse directement aux organismes sociaux ou fiscaux.

Exercice 2 :

Complétez le texte suivant avec les mots ci-dessous : consommé, moins, brut, services, revenu.

           

Le revenu disponible, qualifié de …………… lorsqu’il comprend l’amortissement des entrepreneurs individuels, est la notion la plus proche de l’acception familière du terme “…………… “, au sens où il correspond à ce qui peut être ……………  ou épargné par les individus. Il ne comprend ni les plus ou……………  -values du patrimoine, ni les ressources correspondant à la consommation des ……………  collectifs (éducation, santé etc.).

Exercice 3 :

Faites des phrases en utilisant les mots et les expressions suivantes:

remboursement, le revenu des ménages, le coût du travail, la rémunération, les charges sociales

Exercice 4 :

Mettez en roumain :

a)     Southwest: hausse de 41,5% du bénéfice net

La compagnie aérienne américaine à bas coûts Southwest Airlines a enregistré hier une hausse de 41,54% de son bénéfice net au troisième trimestre 2003 à 106 millions de dollars grace notamment à une amélioration du trafic. Son chiffre d’affaires sur la période a, lui, progressée de 11,6% à 1,55 milliard de dollars.

b)     IBM: les syndicats dénoncent la politique salariale

C’est dans une lettre commune que les syndicats de la société IBM ont dénoncé hier la “ politique salariale” de la direction. “Dans le cadre de la négociation annuelle obligatoire sur les  salaires 2004, la direction a informé les syndicats qu’elle n’avait rien à proposer” affirment –ils. Les syndicats “appellent à la mobilisation du personnel “afin d”obtenir de “ véritables négociations salariales qui préservent le maintien du pouvoir d’achat”

(Le Figaro économie, Ns18.414,Cahier ns2, 21octobre, 2003)

Exercice 5 :

Mettez en français :

Cresterea veniturilor si a productivitatii reprezinta o provocare importanta pentru Romania, in pofida avansului sustinut al economiei, intrucat Produsul Intern Brut pe cap de locuitor calculat pe baza proprietatii puterii de cumparare reprezinta 25% din media UE, apreciaza expertii Comisiei Europene. De asemenea, disparitatile privind veniturile in diferite regiuni ale Romaniei se accentueaza, potrivit ultimelor date disponibile, se arata in raportul Comisiei Europene privind Romania. Autorii raportului considera ca aceasta situatie a fost determinata in principal de cresterea peste media de tara a veniturilor din regiunea capitalei. Ei amintesc faptul ca, la nivelul anului 2000, veniturile pe cap de locuitor din Bucuresti depaseau de peste 20 de ori media nationala si erau aproape triple fata de zonele cele mai sarace. Raportul recunoaste cresterea economica semnificativa din ultimii ani. Comisia Europeana atrage insa atentia asupra dezechilibrului dintre diferitele contributii la formarea PIB. Astfel, cresterea accentuata a salariilor nete a condus la o majorare a consumului cu 7,4% in trimestrul al doilea din 2003. In acelasi timp, valoarea importurilor a avansat intr-un ritm ridicat, de 12,1%, in timp ce cresterea exporturilor s-a incetinit pana la 5,4%. Aceasta majorare a importurilor a determinat inversarea evolutiei din anul 2002, cand cresterea economica a fost insotita de o consolidare a pozitiei externe.

(Adevarul economic,45(603) ,12-18 noiembrie 2003)

NOTIONS DE GRAMMAIRE

La concordance des temps de l’indicatif

1. Si dans la proposition  principale le verbe est au présent ou au futur, on emploie dans la proposition subordonnée le temps voulu par le contexte.

Ex. J’espère qu’il s’est souvenu de moi.

      Où est celui qui prendra la parole?

      Je vous appellerai quand il viendra.

2. Si dans la proposition principale le verbe est au passé, on emploie dans la proposition subordonnée :

a)     l’imparfait pour un rapport de simultanéité:

Ex: Nous avons déduit qui appelait Jeanne.

b)     le plus-que-parfait pour un rapport d’antériorité.

Ex: Il me disait combien il avait souffert.

c)     le conditionnel présent pour un rapport de postériorité:

Ex: J’ai pensé qu’il payerait cher.

           

EXERCICES

Exercice 1 :

Modifiez les subordonnées des phrases suivantes de manière à ce qu’elle expriment le rapport indiqué entre parenthèses:

1)     On nous répond que le gouvernement gérera correctement la crise (simultanéité).

2)     Je constate que tu lis beaucoup (antériorité).

3)     Tu es convaincu qu’il veut partir (postériorité).

4)     Je sais qu’ils ont tout investi. (simultanéité)

5)     Il pense que je dois rentrer. (antériorité)

6)     Je m’aperçois qu’il se passe quelque chose. (postériorité)

7)     Je suis sûr qu’il arrive ce matin. (antériorité).

8)     Ils disent que tu perds ton temps. (antériorité)

9)     Je vois que tu as eu raison. (simultanéité)

10) Elle pense qu’on n’a pas besoin d’elle (postériorité).

Exercice 2 :

Transformez les phrases suivantes selon le modèle :

Modèle :

On m’a dit que tu es venu ce soir. (postériorité)

On m’a dit que tu viendrais ce soir.

1.     Je leur ai communiqué que c’était trop tard. (postériorité).

2.     Je l’ai averti qu’on l’avait cherché (postériorité).

3.     Tu l’as informé de ce qui se passerait. (antériorité)

4.     J’ai cru qu’ils n’avaient pas raison. (antériorité)

5.     Je lui ai dit que je lui avait écrit une lettre. (simultanéité)

6.     Je savais qu’on créait d’autres emplois. (antériorité)

7.     Vous étiez convaincus qu’ils ont su la vérité. (simultanéité)

8.     J’ai su qu’il a dû partir. (postériorité)

9.     Quelqu’un t’a dit pourquoi ils vivaient si loin (postériorité).

10.  J’ignorais où elle était partie. (simultanéité).

11.  Je compris qui avait fait cette étude là. (postériorité)

12.  Lui as-tu dit que sa sœur partirait en vacances? (antériorité)

13.  Je me suis rendis compte qui recevrait le cadeau. (antériorité)

14.  Elle a espéré qu’on lui avait envoyé des fleures. (postériorité)

12


   Consommation finale et consommation 

   intermédiaire


La notion de consommation se définit comme la destruction de biens ou de services par l’usage. La caractère fondamental de la consommation est donc la destruction, immédiate ou progressive, d’un bien à travers son utilisation.

La compatibilité nationale distingue deux types de consommation:

La consommation finale d’un bien permet de satisfaire directement les besoins des agents économiques. En revanche, on parlera de consommation intermédiaire lorsque les biens consommés disparaissent au cours du processus de production, soit par incorporation dans des produits plus élaborés (matières premières par exemple), soit  par destruction dans le processus de production.

La notion de consommation intermédiaire, qui concerne essentiellement les entreprises, regroupe tous leurs achats, à l’exception des investissements.

La consommation des ménages représente la valeur des biens et services utilisés pour la satisfaction de leurs besoins. Mais la définition ne se limite pas aux achats des particuliers. Elle comprend, en plus des dépenses effectives de biens et services marchands, l’autoconsommation de produits alimentaires, (les jardins familiaux) et de services (ce sont les “loyers” de logements habités par leurs propriétaires). Tous les achats des ménages ne sont pas cependant considérés comme une consommation. Si tous les achats de biens durables (automobile, équipements ménagers) sont des consommations, les acquisitions d’immeubles et les grosses réparations sont classées parmi les investissements. D’autre part, les achats de produits financiers sont considérés comme de l’épargne (des placements).

Consommation et prix

La relation entre consommation et prix repose essentiellement sur la loi générale de la demande selon laquelle la quantité demandée peut être plus ou moins importante pour une même variation du prix. On mesure l’intensité de la demande aux mouvements de prix grace à la notion d’élasticité de la demande par rapport au prix. L’élasticité est le rapport suivant:

             

       Variation de la quantité demandé (en %)

  Ep =                            

               Variation du prix (en %)

Consommation et revenu

La relation entre la consommation et la revenu s’analyse sous deux aspects; d’une part, l’influence d’une modification du revenu sur la consommation de certaines biens ou sur la structure de la consommation des ménages;  d’autre part, la relation globale entre le revenu disponible des ménages et leur consommation totale. L’élasticité de la demande par rapport au revenu se défini ainsi : 

  variation de la consommation (en %)

Er =        

         variation du revenu (en %)

Consommation et croissance économique

La comptabilité nationale permet de mesurer la contribution de la consommation à la croissance de l’économie. L’équation fondamentale des emplois et des ressources d’une économie s’écrit schématiquement de la façon suivante:

Consommation + Investissement + Exportation + Variation des stocks  = Production + Importation

VOCABULAIRE

ŸSERVICE: bien immatériel contribuant à la satisfaction de besoins individuels ou collectifs.

ŸÉLASTICITÉ-prix: mesure le pourcentage de diminution de la demande d’un bien induite par une augmentation de un pour cent du prix de ce même bien.

            ŸÉLASTICITÉ-revenu: pourcentage de variation de la demande d’un bien induite par une augmentation de un pour cent du revenu.

            ŸAUTOCONSOMMATION: consommation totale ou partielle de sa production personnelle.

            ŸLOYER: prix que doit payer une personne pour disposer d’un bien durable (Ex: logement) pendant une période déterminée.

           

EXERCICES

Exercice 1 :

Répondez aux questions :

1.Donnez une définition pour la notion de “consommation”.

 2. Quels sont des deux types de consommation? Expliquez leur fonctionnement.

            3. Qu’est-ce que la consommation des ménages?

4. Quelle est la relation entre consommation et prix? Mais entre consommation et revenu?

5. Comment peut-on mesurer  l’intensité de la demande par rapport au prix / par rapport au revenu?

6. Existe-t-il un lien entre consommation et croissance économiques? Lequel?

Exercice 2 :

Remplacez les points par les mots ci-dessous :

consommations

produits

besoin

consommés

publicité

demande

croissance

Les effets du progrès technique expliquent de nombreuses modification dans l’offre des biens……….…. L’apparition de nouveaux ……….…permet de satisfaire une……………. préalable, voire même de créer un nouveau……………..….. Les changements de prix relatifs sont aussi une source de modification des……….…..

La forte……..……..des dépenses de santé ou de logement correspond aussi aux progrès de l’offre dans ces deux domaines. Le phénomène publicitaire est aussi un élément important de l’offre car si la……..…… révèle les besoins, elle peut contribuer à les créer.

Exercice 3 :

Traduisez les textes suivants :

a) Le groupe américain de produits d’hygiène personnelle Colgate-Palmolive  a cédé au groupe américain de produits de grande consommation Procter and Gamble ses marques de détergents en Europe, vendues en France, en Italie et en Scandinavie. Colgate-Palmolive veut se renforcer dans les activités d’hygiène orale et personnelle, à la croissance rapide.

               b)Le groupe industriel français Alstom et le conglomérat allemand Siemens ont présenté une offre commune pour la livraison de 66 locomotives diesel à la SNFC. Cette offre intervient dans le cadre de la relance de la stratégie de fret ferroviaire et du renouvellement des matériels de la SNFC.

(Le progrès économie, Ns48419, 21 octobre 2003)

Exercice 4 :

Mettez en français :

a. Campania germana Adidas, al doilea producator de incaltaminte sportiva din lume, a incheiat trimestrul al treilea cu un profit neimpozitat de 254 milioane de euro, cu 15% peste nivelul din perioada corespunzatoare a anului trecut. Adidas a obtinut rezultate deosebite pe pietele din Europa, Asia si America Latina, care au reusit sa compenseze dificultatile din Statele Unite. Numarul comenzilor pe piata americana a scazut cu 35%, pe fondul competitiei intense in care s-au implicat Adidas si principalul sau rival pe plan mondial, Nike.

        

b. Compania germana BMW a inregistrat prima crestere trimestriala a profitului din acest an,in perioada iulie-septembrie, datorita cererii ridicate pentru auto-vehiculele din noua versiune a seriei 5. In intervalul mentionat, profitul inainte de impozitare a totalizat 724 milioane de euro,in crestere cu 5 procente fata de perioada corespunzatoare din 2002. Veniturile grupului s-au diminuat cu 0,3% totalizand 9,95 miliarde de euro,declinul fiind determinat de deprecierea monedei americane.

Dupa prezentarea raportului financiar din trimestrul al treilea, conducerea BMW a anuntat ca este pe punctul de a egala in acest an rezultatele din 2002.

(Adevarul economic, 45(603), 12-18 noiembrie 2003)

NOTIONS DE GRAMMAIRE

SI conditionnel

Si dubitatif et interrogatif

1. SI conditionnel : les principaux rapports des modes et des temps verbaux :

Principale

Subordonnée

Exemple

Ind. prés

Ind. prés.

S’il vient, je lui parle.

Futur

Ind. prés.

S’il vient, je lui parlerai.

Cond.prés

Ind. imparfait

Si je voulais, je viendrais.

Cond. passé

Ind. pl.-q.-p.

Si j’avais voulu, je serais venu.

2. SI dubitatif et interrogatif :

• Pour ces valeurs de la conjonction SI on emploie la concordance des temps à l’indicatif.

• Après le SI dubitatif et interrogatif on peut employer le futur de l’indicatif et le conditionnel.

Ex.       Je lui ai demandé s’il allait à la mer.

             Je lui ai demandé s’il était allé à la mer.

              Je lui ai demandé s’il irait à la mer.

  Je ne savais pas si je pourrais arriver à temps.

EXERCICES

Exercice 1 :

Dans les phrases suivantes, si n’introduit pas toujours une subordonnée exprimant la condition. Dites quel est le type de chaque subordonnée :

1.Si la décrue semble être amorcée dans cette région, le niveau des eaux a tragiquement monté aux abords mêmes de la capitale indienne.

2.Si Robert est grand-père, il a eu au moins un enfant!

3. Si tu as faim, il y a du jambon sur la table.

4.-Si je me rappelle! C’était un petit gars qui se débrouillait très bien!

5.-Excusez-moi,s’il vous plait, d’avoir emprunté votre voiture si longtemps…

6.Je me demande si je pourrai faire quelque chose pour lui.

7._Si je vous raccompagnais chez vous, Monsieur le Directeur ?

8.Si je vous pose la question, c’est que ma femme est née en Allemagne, elle aussi…

9.Si j’ai bien compris, vous comptez sur un gros bénéfice.

10.River Boulevard était aussi vide que si la peste y avait détruit toute manifestation de l’activité humaine.

11.C’est comme si vous cherchiez une aiguille dans une meule de foin.

12.Bien sûr que je le ferai si ça vous arrange!

Exercice 2 :

Mettez les verbes entre parenthèses aux temps et aux modes convenables :

1.S’il avait plus d’argent, il (aller) ………….. visiter le Japon.

2.Si je le lui disais, il ne me (croire) ………….. pas.

3.Si tu me le demandais, je ne (savoir) ………….. pas te le dire.

4.S’il avait reçu son invitation, il (venir) …………

5.S’il (faire) ………….. froid, nous mettrons des vête-ments chauds.

6.Si vous refusez, nous (insister) …………..

7.Si tu (souffrir) ………….. autant que moi, tu m’aurais compris.

8.Si tu (concevoir) ………….. un autre projet, tu leur en parleras.

9.S’ils le veulent, nous le (vouloir) ………….. nous aussi.

10.Si vous (rire) ………….. moins, vous feriez une meilleure impression.

Exercice 3 :

Dans les phrases suivantes, transformez le discours direct en discours indirect (ajoutez il disait que ou il pensait que, etc.)

Modèle :

Si nous allons au bord de la mer nous nous baignerons.

Il disait que si nous allions au bord de la mer, nous nous baignerions.

1.Si nous cueillons des cerises, nous les mangerons.

2.Si vous conduisez trop vite vous aurez un accident.

3.Si elle maigrit, elle sera plus élégante.

4.Si tu sais faire cet exercice, tu résoudras ce problème.

5.Si tu va voir ce film, tu t’ennuieras.

6.Si tu sais lire en français, tu écriras facilement.

7.Si tu casses ce verre, tu le remplaceras.

8.S’il se couche tôt, il se reposeras.

9.Si tu sais nager tu n’auras pas peur de l’eau.

10.Si nous prenons l’avion nous arriverons plus vite à destination.

11.Si vous lisez dans la pénombre vous porterez des lunettes.

13


   Les différentes notions de Patrimoine


La notion de patrimoine de la comptabilité nationale repose sur la notion juridique de propriété. Il  se définit comme l’état des avoirs et des dettes d’une unité à un instant donné. On peut calculer la valeur nette du patrimoine d’un agent ou d’une Nation. La valeur nette du patrimoine d’un ménage est ainsi la différence entre la valeur des actifs qu’il détient et la valeur de ses engagements financiers, c’est-à-dire ses dettes.

            En revanche, le patrimoine national ne comprend pas d’éléments financiers, à l’exception de la situation envers le reste du monde, puisque les créances et les dettes des agents intérieurs se composent exactement entre elles.

            Si la définition générale du patrimoine d’un ménage ne soulève guère de problèmes, les difficultés apparaissent lorsque l’on tente de préciser les différents actifs composant ce patrimoine. En principe, devrait figurer l’ensemble des biens qui ne sont pas consommés dans l’année de leur acquisition.

            Les droits tels que les droits à une pension de retraite, qui représentent bien une créance, ne sont pas comptés dans le patrimoine. Quant à la notion de patrimoine humain, souvent utilisée par les économistes, sa définition reste encore trop imprécise pour la rendre opérationnelle dans l’évaluation du patrimoine d’un ménage. Finalement, le patrimoine d’un ménage se décompose en actifs non financiers et actifs financiers.

            On peut enfin retenir une décomposition du patrimoine de l’ensemble des ménages selon son utilisation. A cet égard, trois fonctions essentielles se dégagent. Le patrimoine peut d’abord être utilisé à des fins professionnelles. Ainsi, les agriculteurs, les artisans et les entrepreneurs individuels engagent tout ou partie de leur patrimoine dans leur entreprise. Le patrimoine peut aussi être une simple source de revenus et le patrimoine placé en valeurs mobilières(actions, obligations) , en terres ou en immeubles constitue un patrimoine de rapport. La catégorie de rentiers a aujourd’hui disparu et les revenus du patrimoine ne représentent plus qu;une faible partie du revenu disponible des ménages. Avec notamment la diffusion croissante de la propriété du logement principal, le patrimoine apparait de plus en plus comme un patrimoine de sécurité et de jouissance.

VOCABULAIRE

ŸACTIF FINANCIER: c’est un contrat qui stipule les termes dans lesquels un emprunteur ou un émetteur s’est obligé vis à vis d’un prêteur ou d’un détenteur.

ŸENGAGEMENT: action de contracter une obligation; résultat de cette action. Les engagements pris par un organisme sont enregistrés au passif de son bilan.

ŸPATRIMOINE: ensemble des créances et des biens possédés par un agent ou un ensemble d’agents, le cas échéant diminué de ses dettes. Ex:patrimoine familial, patrimoine national.

EXERCICES

Exercice 1 :

Complétez les points par les mots suivants :

économiques, flux, épargne, revenus, les ménages, consommation

L’analyse économique traditionnelle considère essentiellement les flux. On étudie par exemple les……..de consommation liés aux flux de…… Mais il est apparu que les variables de “stock” étaient susceptibles d’influencer les décisions des agents économiques,……en particulier. Ainsi, la connaissance des patrimoines permet une meilleure description des phénomènes……, qu’il s’agisse de l’……, de l’investissement ou de la…….

Exercice 2 :

Trouvez pour les phrases suivantes la suite qui convient :

1.Les actifs patrimoniaux soumis à une transaction pendant une année …

2.Quand il n’existe pas de marché représentatif de biens, on peut évaluer les actifs par leur valeur de remplacement, c’est-à-dire …

3.La valeur vénale c’est …

4.Les ménages recherchent une structure optimale de leur patrimoine (actifs et dettes) en fonction …

a. la valeur du bien en l’état où il se trouve au moment de la transaction

b. des rémunérations, des coûts et des avantages liés aux actifs (liquidité, risque, etc.)

c. ne représentent qu’une petite minorité des actifs existants.

d. ce que coûterait à l’entreprise la reconstitution de son capital

Exercice 3 :

Mettez en roumain :

a. Les opérations télécoms européens, pour pouvoir conserver leurs notations dans la catégorie investissement, devront faire preuve d’efforts dans la réduction de leur dette, la gestion de leurs liquidités et de leur niveau de trésorerie. Le profil de risque de Deutche Telekom et de France Télécom se démarque nettement des autres en raison de leurs dettes colossales qui ne peuvent être réduites que par des augmentations de capital.

b.Une population qui vieillit implique davantage de ménages, puisque les ménages de personnes agées comprennent moins de personnes que la moyenne:cette évolution va accroitre les besoins de logements. Si la forte hausse du nombre de ménages des années 90 se poursuit, le nombre de ménages augmentera de 228000 par an en moyenne jusqu’en 2010.Puisqu’un ménage signifie un logement, il faudra, pour satisfaire la demande, construire 320000logements d’ici à 2004 et 290000 de 2005 à 2009.  (Le Figaro économie, Ns18.153, Cahier ns2, 15décembre 2002)

Exercice 4 :

Mettez en français :

a.         Municipiul Bistrita a demarat o emisiune de obligatiuni incepand de saptamana trecuta. Detinatorii de obligatiuni municipale emise de municipiul Bistrita isi pot valorifica detinerile prin intermediul sistemului electronic al Bursei de Valori Bucuresti.

b.        Adunarea Generala a actionarilor OIL Terminal a aprobat in sedinta din luna octombrie rectificarea bugetului de venituri si cheltuieli aferent anului in curs. Conform acestuia, societatea isi propune sa obtina in 2003 o cifra de afaceri de 762 miliarde lei si un profit net de 17,4 miliarde lei,ceea ce reprezinta un profit net pe actiune de cca.30 lei.

(Adevarul economic, 45(603), 12-18 noiembrie2003)

NOTIONS DE GRAMMAIRE

Formation et emploi du subjonctif présent

Le subjonctif est un mode personnel. Au présent il est formé à partir de la racine du verbe à l’indicatif présent IIIe personne du pluriel à laquelle on ajoute les désinences: -e,-es,-e,-ions,-iez,-ent; le pronom personnel sujet est précédé de la conjonction que

A.Dans les propositions indépendantes et principales, le subjonctif sert à exprimer:

a.      un ordre, une défense

Que chacun prenne ses affaires!

b.     un souhait, un désir, un regret, etc.:

Qu’il vienne plus tôt!

c.      une hypothèse qu’on repousse avec indignation (dans des propositions exclamatives ou interrogatives):

Que je fasse une chose pareille!



B.Dans les propositions subordonnées:

a.      après les verbes qui marquent un sentiment, après les verbes impersonnels et les locutions impersonnelles qui expriment une possibilité, une impossibilité, un doute, une négation, une nécessité

b.     dans les propositions relatives quand l’antécédent de la relative est un superlatif ou un mot de valeur analogue;

c.      dans les propositions circonstancielles (finales, causales, consécutives, conditionnelles, introduites par une conjonction autre que si, certaines temporelles, etc.)

EXERCICES

Exercice 1 :

Mettez les verbes entre parenthèses au subjonctif présent :

1.     Le prenez-vous donc pour un homme qui (tenir) ………………. parole?

2.     Le corridor est trop obscur pour qu’on (pouvoir) ……………….  distinguer le visage de l’homme qui s’y avance.

3.     Quoi que la décision le (surprendre) ………………. il ne s’étonne pas.

4.     Quel dommage que je (ne pas avoir) ………………. un appareil photographique!

5.     Il est indispensable que tu te (joindre) ………………. à nous.

6.     Je doute que vous (pouvoir) ………………. ménager un passage à travers cette fouille impénétrable de lianes.

7.     Qu’il (aller) ……………….  les repêcher lui-même s’il veut.

Exercice 2 :

Faites précéder les verbes suivants par l’expression il faut que opérez les modifications qui s’imposent et complétez la phrase:

éteindre          résoudre

s’enfouir         mouvoir

valoir              convaincre

conclure         craindre

peindre           voir

peigner           dire

Exercice 3 :

Dans les phrases suivantes transformez la première proposition en subordonnée en utilisant l’élément si…que et en mettant le verbe au subjonctif.

Modèle : Il est grand, il n’arrive pas à envoyer le ballon dans le panier.

Si grand qu’il soit, il n’arrive pas à envoyer le ballon dans le panier.

1)     Il est gourmand, il ne mange plus.

2)     Tu es courageux, tu ne peux pas tout faire.

3)     Vous êtes patient, vous ne pouvez plus attendre.

4)     Il est paresseux, il se lève à sept heures.

5)     Je suis calme, je me mets en colère.

6)     Nous sommes curieux, nous n’écoutons pas aux portes.

Exercice 4 :

Transformez d’après le modèle :

Modèle : Je vais au club. Mes amis le veulent.

→ Mes amis veulent que j’aille au club.

Vous acceptez ce poste. Cela est nécessaire.

→ Il est nécessaire que vous acceptiez ce poste

1.     Je finis mon travail. Le professeur le désire.

2.     Nous déménageons la semaine prochaine. Il le faut.

3.     Vous gardez la chambre nuit et jour. Le docteur l’exige.

4.     Vous revenez nous voir. Nous le souhaitons.

5.     Tu te mets au travail rapidement. Tes amis le souhaitent.

6.     Tu prends des fruits dans le jardin. Nous le voulons bien.

7.     Tu fais la cuisine. Cela nous étonne.

8.     Tu connais bien tout le pays. Nous en sommes heureux.

9.     Il veut se marier ? Nous en doutons.

10.  Vous gagnez à la loterie. Nous nous en réjouissons.

11.   Vous aidez votre mère. Votre père le désire.

14


   Commerce extérieur


L’analyse du commerce extérieur passe par un examen approfondi des échanges extérieur d’un pays, de leur composition, de leur destination ou origine. Les termes les plus employés dans ce domaine sont :

exportation : vente de produits d’un pays à des clients situés hors du territoire national ;

importation : achat de produits à des fournisseurs situés hors du territoire national.

            Les produits peuvent être matériels (matières premières, semi-produits, produits finis) ou immatériels (les services comme les assurances, le transport, l’ingénierie).

            Les prix du produit avec les frais du transport et d’assurances jusqu’à  la frontière et à l’exclusion de ceux encourus hors du territoire national pour amener la marchandise au destinataire étranger sont : le prix FAB (franco à bord) ou FOB (free on board). Au prix du produit importé sont ajoutés les frais de transport et d’assurances qui ont été nécessaires pour l’amener à la frontière. Le termaillage c’est la variation des prix liées à l’évolution du taux de change entre le moment de la transaction et le règlement effectif en devises.

            La balance des paiements retrace l’ensemble des relations économiques avec l’extérieur pendant l’année écoulée. Il n’enregistre que des flux : flux de marchandises, de services, contreparties monétaires ou financières de ces opérations (par exemple crédits commerciaux pour couvrir une exportation ou augmentation des réserves de change si le paiement est comptant), flux de capitaux.

            La balance des paiements comprend la balance des transactions courantes et la balance des capitaux.

            La balance des transactions courantes est subdivisée selon la nature des produits échangés. On distingue les marchandises d’une part (balance commerciale), les invisibles d’autre part. Cette dernière catégorie rassemble tous les services, les revenus du travail ou du capital (revenus des investissements à l’étranger), les transferts publics et privés (rapatriement de salaires, versements gouvernementaux aux organismes internationaux) et le négoce international (commerce sur les matières premières sans que ces marchandises passent par le territoire national).

            Le solde des transactions courantes a une importante signification économique. Débiteur, il signifie que l’économie vit au dessus de ses moyens et devra emprunter, d’une façon ou d’une autre, pour financer ses importations ; créditeur, ce solde indique que le pays produit davantage qu’il ne consomme et dégage ainsi une capacité d’épargne supplémentaire.

            La balance des capitaux regroupe toutes les entrées et sorties de capitaux du secteur privé non bancaire. Dans les entrées de capitaux à long terme on aura les investissements effectués par des firmes étrangères, les emprunts sur les marchés par des étrangers : dans les sorties, les investissements à l’étranger, les crédits commerciaux à plus d’un an.

            Les entrées de capitaux à court terme regroupent les emprunts à court terme, les crédits à l’importation ; les sorties, les crédits à l’exportation, les prêts, les avoirs et créances à l’étranger.

VOCABULAIRE 

ŸFRAIS : dépenses, coûts.

-frais financiers : charges à caractère financier ex: intérêts d’emprunt, agios bancaires.

-frais de transaction: frais à payer pour acheter ou vendre un bien.

            ŸTERMAILLAGE: fait de jour sur les dates auxquelles on peut réaliser certaines opérations de change, lorsqu’une variation de cours est anticipée.

            ŸBALANCE DES PAIEMENTS: document comptable résumant toutes les transactions donnant lieu à un règlement monétaire entre un pays et l’étranger durant une période donnée.

            ŸFRANCO À BORD: incoterm pour lequel l’obligation du vendeur réside seulement dans la remise de la marchandise au transporteur maritime désigné, le passage des risques et des coûts s’opérant lorsque la marchandise passe le bastingage du navire; l’acheteur suppose donc les frais à partir de l’arrimage à bord.

           

EXERCICES 

Exercice 1 :   

Répondez aux questions :

1. Qu’est-ce que l’exportation ?  Et l’importation ?

2. Quels sont les produits qui font l’objet du commerce extérieur ?

3. Expliquez le terme de prix FAB (ou FOB).

4. Qu’est-ce qu’on peut enregistrer par l’intermédiaire de la balance des paiements ?

5. Quelles sont les branches qui forment la balance des paiements ?

6. Quel est le rôle du solde des transactions courantes ?

7. Expliquez le fonctionnement de la balance des capitaux.

Exercice 2 :

Dites si c’est vrai ou faux :

1. La Balance des paiements distingue deux catégories d’agents, les résidents et les non-résidents

2. La Balance des       transactions courantes est indépendante de la balance des paiements.

3. Les exportations de biens correspondent à une sortie des biens et à une entrée de devises.

4. Le solde de la balance des transactions courantes est égal au solde commercial augmenté des soldes des opérations de services, de revenus et de transferts courants.

5. Un déficit de la balance commerciale traduit un manque de compétitivité d’une économie, son incapacité à trouver des spécialisations rentables.

6. Le solde est soit déficitaire, soit équilibré.

Exercice 3 :

Mettez en roumain :

            Le groupe japonais d’électronique Sharp prévoit d’augmenter sa production de petits écrans à cristaux liquides à haute définition utilisés dans la fabrication de téléphones celulaires.

«  Nous envisageons d'augmenter la capacité de production de nos usines parce que la demande d'écran à cristaux liquides à haute définition est en hausse”, a indiqué un porte-parole. Sharp fabrique actuellement, par mois, 6.5 millions de ces petits écrans dans deux usines situées au Japon.

(Le Figaro économie, Ns18.153, Cahier ns2,                     19 décembre 2002)

Exercice 4 :

Mettez en français :

a) Deoarece Malta si Cipru nu figureaza in desenele aflate pe bancnotele euro din buzunarele a milioane de europeni, cele doua state solicita modificarea acestora. Cele doua state insulare din regiunea mediteraneeana urmeaza sa adere la Uniunea Europeana in anul urmator si doresc modificarea bancnotelor, care infatiseaza harti ale continentului.

b) Comertul mondial cu cereale este prognozat sa scada in sezonul 2003-2004 cu 10 milioane de tone fata de 2002-2003, la 227 milioane de tone, nivelul fiind cel mai redus din ultimii sase ani. Preturile internationale la grau s-au micsorat in seprembrie si octombrie, ceea ce a dus la acest declin mai ales prin reducerea cererii la import. Totusi, restrangerea stocurilor in Europa si recenta depreciere a dolarului au oferit un oarecare sprijin preturilor din SUA.

(Adevarul economic, 45(603) , 12-18 noiembrie 2003)

NOTIONS DE GRAMMAIRE 

La formation de l’adverbe de manière – cas particuliers

1. Adjectif au féminin + ment :

longue – longuement ; heureuse – heureusement

2. – Si l’adjectif est terminé en -ent, l’adverbe reçoit la terminaison -emment :

récent – récemment ; évident – évidemment

   – Si l’adjectif est terminé en -ant, l’adverbe reçoit la terminaison -amment :

élégant – élégamment ; suffisant – suffisamment

3. Adjectif au féminin qui reçoit un accent aigu sur l’e final + -ment :

immense – immensément ; conforme - conformément

EXERCICES 

Exercice 1 :

Remplacez les structures en italique par des adverbes de manière en – ment :

1) À peine fumes-nous à l’abri que l’orage éclata avec encore plus de violence.

2) Les soldats ont défendu avec vaillance leur patrie.

3) Nous avons tous protesté avec véhémence.

4) Elle avançait avec prudence sur la route glissante.

5) Cet étudiant a répondu d’une manière brillante à l’examen.

Exercice 2 :

Transformez d’après le modèle :

une action efficace → agir efficacement

une appréciation personnelle

un travail continu

une invitation aimable

une réflexion profonde

une attente patiente

une question imprudente

un commentaire méchant

une dépense inutile

une réponse négative

un amour ardent

Exercice 3 :

Traduisez les phrases suivantes :

-Ce n’est pas lui le fautif : la chose a été bien et dûment constatée.

-Il avançait prudemment à travers les décombres.

Nous avons diablement couru pour arriver à temps.

-Certes, vous avez raison ; c’est précisément ce que j’ai dit à votre ami.

-Elle m’a répondu ingénument qu’elle n’avait vu passer personne.

-Ils ne pourront continuer à ignorer les lois impunément.

-Une main s’abattant puissamment sur son épaule le rappela à la réalité.

-Il a été grièvement blessé dans cet accident.

Tableau des verbes irréguliers

Aller

Ind. présent

Je vais, tu vas, il, va, nous allons, vous allez, ils vont

Passé comp.

Je suis allé, … nous sommes allés

Futur

J’irai, tu iras, il ira, nous irons, vous irez, ils iront

Subj. prés.

Que j’aille, … que nous allions

Attendre

Ind. présent

J’attends, tu attends, il attend, nous attendons, …

Passé comp.

J’ai attendu …

Futur

J’attendrai, …nous attendrons

Subj. prés.

Que j’attende, …que nous attendions

Avoir

Ind. présent

J’ai, tu as, il a, nous avons, vous avez, ils ont

Passé comp.

J’ai eu …

Futur

J’aurai, tu auras, il aura, nous aurons, vous aurez, ils auront

Subj. prés.

Que j’aie, que tu aies, qu’il ait, que n. ayons, que vous ayez, qu’ils aient

Connaitre

Ind. présent

Je connais, tu connais, il connait, nous connaissons,   vous connaissez, ils connaissent

Passé comp.

J’ai connu …

Futur

Je connaitrai …

Subj. prés.

Que je connaisse …

Devoir

Ind. présent

Je dois, tu dois, il doit, nous devons, vous devez, ils doivent

Passé comp.

J’ai dû …

Futur

Je devrai …

Subj. prés.

Que je doive, qu tu doives, qu’il doive, que nous devions, que vous deviez, qu’ils doivent

Dire

Ind. présent

Je dis, tu dis, il dit, nous disons, vous dites, ils disent

Passé comp.

J’ai dit …

Futur

Je dirai …

Subj. prés.

Que je dise …

Envoyer

Ind. présent

J’envoie, tu envoies, il envoie, nous envoyons, vous envoyez, ils envoient

Passé comp.

J’ai envoyé …

Futur

J’enverrai …

Subj. prés.

Oue j’envoie, … que nous envoyions, … qu’ils envoient

Etre

Ind. présent

Je suis, tu es, il est, nous sommes, vous êtes, ils sont

Passé comp.

J’ai été …

Futur

Je serai, tu seras, il sera, nous serons, vous serez, ils seront

Subj. prés.

Que je sois, que tu sois, qu’il soit, que nous soyons, que vous soyez, qu’ils soient

Faire

Ind. présent

Je fais, tu fais, il fait, nous faisons, vous faites, ils font

Passé comp.

J’ai fait …

Futur

Je ferai, tu feras, il fera, nous ferons, vous ferez, ils feront

Subj. prés.

Que je fasse …

Lire

Ind. présent

Je lis, tu lis, il lit, nous lisons, vous lisez, ils lisent

Passé comp.

J’ai lu …

Futur

Je lirai …

Subj. prés.

Que je lise …

Mettre

Ind. présent

Je mets, tu mets, il met, nous mettons, vous mettez, ils mettent

Passé comp.

J’ai mis …

Futur

Je mettrai …

Subj. prés.

Que je mette …

Offrir

Ind. présent

J’offre, tu offres, il offre, nous offrons, vous offrez, ils offrent

Passé comp.

J’ai offert …

Futur

J’offrirai …

Subj. prés.

Que j’offre …

Ouvrir

Ind. présent

J’ouvre, tu ouvres, il ouvre, nous ouvrons, vous ouvrez, ils ouvrent

Passé comp.

J’ai ouvert …

Futur

J’ouvrirai …

Subj. prés.

Que j’ouvre …

Partir

Ind. présent

Je pars, tu pars, il part, nous partons, vous partez, ils partent

Passé comp.

Je suis parti …

Futur

Je partirai …

Subj. prés.

Que je parte …

Pouvoir

Ind. présent

Je peux, tu peux, il peut, nous pouvons, vous pouvez, ils peuvent

Passé comp.

J’ai pu …

Futur

Je pourrai …

Subj. prés.

Que je puisse …

Prendre

Ind. présent

Je prends, tu prends, il prend, nous prenons, vous prenez, ils prennent

Passé comp.

J’ai pris …

Futur

Je prendrai …

Subj. prés.

Que je prenne …

Recevoir

Ind. présent

Je reçois, tu reçois, il reçoit, nous recevons, vous recevez, ils reçoivent

Passé comp.

J’ai reçu …

Futur

Je recevrai …

Subj. prés.

Que je reçoive …, que n. recevions, que v. receviez, qu’ils reçoivent

Rendre

Ind. présent

Je rends, tu rends, il rend, nous rendons, …

Passé comp.

J’ai rendu …

Futur

Je rendrai …

Subj. prés.

Que je rende …

Savoir

Ind. présent

Je sais, tu sais, il sait, nous savons, vous savez, ils savent

Passé comp.

J’ai su …

Futur

Je saurai …

Subj. prés.

Que je sache …

Tenir

Ind. présent

Je tiens, tu tiens, il tient, nous tenons, vous tenez, ils tiennent

Passé comp.

J’ai tenu …

Futur

Je tiendrai …

Subj. prés.

Que je tienne …

Venir

Ind. présent

Je viens, tu viens, il vient, nous venons, vous venez, ils viennent

Passé comp.

Je suis venu …

Futur

Je viendrai …

Subj. prés.

Que je vienne …

Voir

Ind. présent

Je vois, tu vois, il voit, nous voyons, vous voyez, ils voient

Passé comp.

J’ai vu …

Futur

Je verrai …

Subj. prés.

Que je voie …, que nous voyions, que vous voyiez, qu’ils voient

Vouloir

Ind. présent

Je veux, tu veux, il veut, nous voulons, vous voulez, ils veulent

Passé comp.

J’ai voulu …

Futur

Je voudrai …

Subj. prés.

Que je veuille …, que nous voulions, que vous vouliez, qu’ils veuillent

BIBLIOGRAPHIE :

Anghel, L., Exercitii de gramatica franceza, Editura Plumb, Bacau, 2002

Anghel, L., Murariu, E., Caiete de limba franceza, Editura Plumb, Bacau, 2002

Aron, L., Franceza economica si de afaceri, Editura Niculescu, Bucuresti, 2002

Berthiaume, M., La communauté européene, l’Imprimerie Hérissey à Évreux, 1993

Capul, J-Y, Meurs, D., Les grandes questions de l’Économie Française, Éditions Nathan, Paris 1988

Flamant, M., Les Fluctuations économiques, Presses Universitaires de France, Paris, 1985

Gournay, B., L’administration, Presses Universitaires de France, Paris, 1972

Guicho, P., Bichot J., Martin, M.L., Dictionnaire Droit, Économie, Gestion, L’Hermès, 1994

INSS, L’Économie française, Édition 2001-2002 ; Librairie Générale Française, 2001

Rochefoucauld, B., L’économie du tourisme, Editions

                    Bréal, 2002

Scurtu G., Iordache R., Radulescu A., Grammaire

             pratique du français, Editura Lotus, Craiova, 1994          

Adevarul economic, 45 (603), 12-18 noiembrie 2003

Le Figaro économie, Ns 18375, octobre 2003

Les Échos, Ns 19.014, octobre 2003

Le Progrès économie, Ns48.419, octobre 2003

           








Politica de confidentialitate

.com Copyright © 2019 - Toate drepturile rezervate.
Toate documentele au caracter informativ cu scop educational.


Proiecte

vezi toate proiectele
 PROIECT DE LECTIE Clasa: I Matematica - Adunarea si scaderea numerelor naturale de la 0 la 30, fara trecere peste ordin
 Proiect didactic Grupa: mijlocie - Consolidarea mersului in echilibru pe o linie trasata pe sol (30 cm)
 Redresor electronic automat pentru incarcarea bateriilor auto - proiect atestat
 Proiectarea instalatiilor de alimentare ale motoarelor cu aprindere prin scanteie cu carburator

Lucrari de diploma

vezi toate lucrarile de diploma
 Lucrare de diploma - eritrodermia psoriazica
 ACTIUNEA DIPLOMATICA A ROMANIEI LA CONFERINTA DE PACE DE LA PARIS (1946-1947)
 Proiect diploma Finante Banci - REALIZAREA INSPECTIEI FISCALE LA O SOCIETATE COMERCIALA
 Lucrare de diploma managementul firmei “diagnosticul si evaluarea firmei”

Lucrari licenta

vezi toate lucrarile de licenta
 CONTABILITATEA FINANCIARA TESTE GRILA LICENTA
 LUCRARE DE LICENTA - FACULTATEA DE EDUCATIE FIZICA SI SPORT
 Lucrare de licenta stiintele naturii siecologie - 'surse de poluare a clisurii dunarii”
 LUCRARE DE LICENTA - Gestiunea stocurilor de materii prime si materiale

Lucrari doctorat

vezi toate lucrarile de doctorat
 Doctorat - Modele dinamice de simulare ale accidentelor rutiere produse intre autovehicul si pieton
 Diagnosticul ecografic in unele afectiuni gastroduodenale si hepatobiliare la animalele de companie - TEZA DE DOCTORAT
 LUCRARE DE DOCTORAT ZOOTEHNIE - AMELIORARE - Estimarea valorii economice a caracterelor din obiectivul ameliorarii intr-o linie materna de porcine

Proiecte de atestat

vezi toate proiectele de atestat
 Proiect atestat informatica- Tehnician operator tehnica de calcul - Unitati de Stocare
 LUCRARE DE ATESTAT ELECTRONIST - TEHNICA DE CALCUL - Placa de baza
 ATESTAT PROFESIONAL LA INFORMATICA - programare FoxPro for Windows
 Proiect atestat tehnician in turism - carnaval la venezia




TRASATURILE PSIHICE DE BAZA ALE AGENTULUI DE PAZA SI PROTECTIE
Floarea – soarelui - confectionare
Bransament nou definitiv
DEZVOLTAREA MEZODERMULUI IN PRIMELE 72 DE ORE DE INCUBATIE
DIAGRAMA DE FLUX - NUTRET COMBINAT SUINE
Cultura organizationala universitara – cultura a plagiatului?
ANEXELE EMBRIONARE
CALITATEA IMAGINILOR RADIOGFRAFICE SI ASIGURAREA CALITATII


Termeni si conditii
Contact
Creeaza si tu